Passage dans les cimes

De passage à Chamonix (ah les montagnes ! ah le mont Blanc), je ma balade près de la mer de glace... qui ressemble de plus en plus à une mer de cailloux.

 

Dans mon enfance (je sais, l'expression sonne comme si j'avais 80 ans, mais qu'est-ce que vous voulez, ma bonne dame...) la mer de glace était un endroit magique, où le glacier descendait bas, blanc, majestueux et étincelant. Un fier train menait au Montenvers, et on pouvait descendre pour admirer la glace.

Aujourd'hui, seuls les plus myopes descendent... admirer les cailloux et la glace noircie.

 

Le glacier des Bossons (plus grande cascade de glace d'Europe) dégoulinait depuis le haut du Mont Blanc, jusque très bas. Le télésiège des Bossons permettait d'accéder à une grotte, et on se promenait dans les lumières bleutées, nourris d'histoires spectaculaires, comme celle d'un avion que le glacier avait gardé des années, puis rejeté cinquante ans plus tard.

La grotte n'existe plus, le glacier est remonté de plusieurs centaines de mètres. (non, je n'exagère pas).

 

La faute au réchauffement climatique.

A méditer...

 

Et dans ce cadre toujours magique, je me remémore les deux livres écrits récemment qui abordent le sujet :

Pièges sur la neige, qui retrace l'expédition des conquérants du mont Blanc

et Tu n'es pas celle que tu crois, où une histoire de secret familial se mêle à la découverte du massif.