4 nouveautés pour 1 rentrée !

Hasard des calendriers, il y a quatre nouveautés pour cette rentrée.

De quoi réjouir tous les goûts et tous les âges !

 

 

 "Seul celui qui aime doit soigner le fils de la terreur auprès du chef suprême des guerriers." Que veut dire cette prédiction ? Elle concerne forcément Carantos, et lui seul : Carantos signifie "Celui qui aime"... Alors seul, tout seul, Carantos se dirige vers Alésia assiégée par les Romains.

 

Une aventure menée tambour battant, avec des pages documentaires pour bien comprendre la vie des Gaulois.

 

La véritable histoire de Carantos le jeune Gaulois qui survécut à Alésia

 

À partir de 8 ans. Bayard éditions

 

Alerte ! Chez les Samazan, depuis 1883, on est détective de père et fils et de mère en fille. Oriane et moi, Simon, on a bien l’intention de rejoindre prochainement l’entreprise familiale. Mais elle est menacée ! Nos parents ont décidé que notre grand-père, surnommé Papillon, devait prendre sa retraite.

D’accord, il a quelques petits trous de mémoire et il commence à se faire vieux. Mais quand même ! En plus, ils veulent le remplacer par quelqu’un d’horrible qui ressemble à... un sac-poubelle.

Il faut que nous prenions les choses en main. Alors voilà notre plan d’attaque pour sauver Papillon...

 

SOS Détective, sauvons Papillon

À partir de 9 ans. Oskar éditions

 

 

Et pour fêter le 500ème anniversaire de la Réforme, deux livres sur Luther :

 

 

Un court roman sur les pas de Martin Luther, le père du protestantisme, qui retrace les étapes décisives de la vie de Luther, en 1517 mais aussi en 1521, quand il est enlevé par des cavaliers masqués…

Avec des pages documentaires pour mieux comprendre le contexte.

 

À partir de 8 ans. Bayard éditions.

 

Et un roman plus long, qui suit le parcours de Catherine de Bore. Enfermée dans un couvent depuis son enfance, elle entend parler de Martin Luther, un moine qui met en cause l’Église. Sensible à ses idées, elle organise une fuite rocambolesque avec huit de ses camarades….

 

Un chemin de liberté, à partir de 12 ans. Oskar éditions.

 

L'année nouvelle

Bonne année à tous ! Pour moi, l'année commence maintenant, avec les premières feuilles tombant des arbres, les changements de classe, les grains de sable qui collent encore à la peau... Beaucoup plus que le 1er janvier, qui ne correspond à rien de particulier, à part les hasards du calendrier.

 

L'année qui arrive, je sens que je vais l'aimer. De belles parutions prévues, que j'attends avec impatience ; de belles rencontres avec les élèves prévues, que j'attends avec impatience ; de nouvelles collaborations prévues ou envisagées, que j'attends avec impatience.

Vous l'avez compris : une nouvelle année riche et pleine. Que je me prépare à déguster avec la même gourmandise que si je croquais dans une pêche sucrée...

D'abord, je suis très enthousiaste des retours à propos de "Vol 508". Tous les détails sont sur la page dédiée, mais sachez déjà que je suis très heureuse de voir fleurir des "Gros coup de coeur pour ce roman inspiré de faits réels.", des "Excellent" et autres compliments qui me vont droit au coeur... en plein milieu de la forêt amazonienne !

 

J'adore ce livre, que j'ai écrit d'une traite, et je lui souhaite une longue et belle vie. J'ai vraiment aimé me transporter au Pérou, vivre avec Juliane la solitude en plein désert vert, imaginer ses pensées, ses allers-et-venues, ses peurs et ses espoirs.

A vous de lire, à vous de me dire !

Du côté des parutions, le mois de septembre va être riche. Par les hasards des calendriers éditoriaux, quatre petits nouveaux vont prendre leur envol. Anniversaire des 500 ans de la Réforme oblige, deux d'entre eux ont pour sujet Martin Luther, le père du protestantisme. Quant aux deux autres, ils s'aventurent auprès des Gaulois pour l'un, et d'une famille de détectives pour l'autre !

Deux chez Bayard (je ne peux pas encore vous en montrer les couvertures), et deux chez Oskar (là, je peux).

Ah, n'oublions pas, en plus, un roman qui paraît dans le cadre associatif, pour un mouvement scout. Il s'adresse aux lecteurs de 10-12 ans et raconte un camp.

Là encore, j'ai adoré l'écrire, aller à la rencontre de vrais scouts d'aujourd'hui, à la tête bien faite et à la passion affirmée, m'imprégner de l'ambiance et de la façon d'être, jouer et dormir sous tente. Des scouts intéressants qui ne sont pas étriqués par les traditions, mais ouverts sur la vie d'aujourd'hui et ses évolutions.

On peut le commander directement sur le site de l'association. J'ai hâte de recevoir mes exemplaires ! 

Vol 508, décollage immédiat !

Il vient d’arriver en librairie, et j’ai très envie de vous en parler…

 

À la base, ce livre est une histoire vraie. L’histoire de Juliane, une jeune fille de 17 ans qui prend l’avion à Lima la veille de Noël, avec sa mère, pour rejoindre son père à Pucallpa, une petite ville péruvienne située en pleine forêt équatoriale.

 

Mais l’avion est pris dans un orage tropical et s’écrase dans la forêt. Juliane se réveille attachée à son siège d’avion. Elle semble la seule rescapée. Malgré ses blessures, la jeune fille erre à travers la jungle en attendant les secours.

 

Comment survivre, piégée dans cette forêt hostile alors que l’épuisement et le désespoir la gagnent ?

Pascale Perrier, Oskar Editeur, juillet 2017
Pascale Perrier, Oskar Editeur, juillet 2017

Un petit extrait...

Cliquez sur les images pour les agrandir

A la villa Marguerite Yourcenar...

A la villa Marguerite Yourcenar (mais si, vous savez, au Mont Noir, là où cet écrivain génial a vécu une bonne partie de son enfance), une fois par an, des centaines de collégiens du Nord débarquent.

Ils alternent entre des activités Nature, écriture, , BD, reliure...

Et certains rencontrent des auteurs. J'ai donc eu la chance, pendant deux belles journées estivales, de rencontrer des dizaines d'élèves, qui venaient de Hazebrouck, d'Estaires ou de Bailleul.

Et certains ont même profité, en plus, de la présence très agréable de Florence Cadier !

 

Parmi eux, certains ont lu "Ma planète préférée" et ils ont inventé plusieurs nouvelles planètes. bravo pour leur imagination ! Vous pouvez d'ailleurs en juger :

Top, non ?

Des rencontres comme celles-là, on en redemande ! C'était un vrai plaisir, dans un cadre très agréable et culturel.

 

Et voilà, une nouvelle année est écoulée. Je vais maintenant prendre mes quartiers d'été (ce qui ne veut pas dire des vacances)...

 

 

Des photos et des souvenirs !

Pas le temps ! Les rencontres se sont succédé, les souvenirs aussi, mais je n'ai pas pris le temps de raconter tout ça. Alors, en guise de journal, voilà quelques photos que mes camarades auteurs ont bien voulu me donner (moi, les photos, je n'y pense jamais !).

A Lambersart, juste à côté de sylvie Baussier. Du monde, des sourires et des copains ! C'est le début de la journée, alors les piles sont encore hautes...
A Lambersart, juste à côté de sylvie Baussier. Du monde, des sourires et des copains ! C'est le début de la journée, alors les piles sont encore hautes...
Merci Nolwenn pour ce portrait à Lambersart !
Merci Nolwenn pour ce portrait à Lambersart !

Avec Claire Mazard et Fabrice Mondejar, de beaux partages pour la biennale de Bourgoin-Jallieu.
Avec Claire Mazard et Fabrice Mondejar, de beaux partages pour la biennale de Bourgoin-Jallieu.

Et toujours à Bourgoin-Jallieu, l'amusante déco du créateur Jean-Pierre Lalanne, avec qui j'ai animé un atelier sur les expressions françaises. Il a créé, à l'aide de poupées ou d'objets divers, des dizaines d'expressions. A bras le corps ! J'en profite  pour remercier la super équipe d'organisation du salon, avec Michèle en tête !

On bouge, on bouge !

En ce moment, je bouge beaucoup, et c'est toujours un bonheur de rencontrer des lecteurs !

Des CM1 à Paris, des collégiens à Bastia, des enfants de centre de loisirs à Bourgoin Jallieu, des lecteurs à Lambersart... que de rencontres !

Et entre ces rencontres, heureusement, j'arrive à caser quelques heures ou quelques jours pour travailler sur les textes en cours. J'avance bien et c'est super ! Des nouvelles tout bientôt ! 

 

Je n'ai pas de photos pour tout, c'est bien dommage. Faut vraiment que je fasse des progrès côté images !

 

Remise du prix des collégiens de Haute-Corse à Bastia
Remise du prix des collégiens de Haute-Corse à Bastia

 

 

Salon du livre "Lire à bras le corps" qui a lieu le samedi 20 - mais j'ai déjà rencontré des jeunes... et j'y retourne pour rencontrer des élèves à la médiathèque tout bientôt !


 

 

 

 

Et ce samedi, rendez-vous à Lambersart pour le salon du livre jeunesse !

Mordelles et Bréal, que du bonheur !

Mercredi dernier, j'ai rencontré des CM2 à Bréal-sous-Montfort (c'est tout près de Rennes pour les ignorants dont j'étais jusqu'à peu). Ensuite, j'ai filé à la librairie de Mordelles, où de nombreux lecteurs sont venus (ô joie !).

 

La classe de Mme Renou a écrit un petit texte, que je glisse ici. Bravo à vous, et plein de bises ! Quelle énergie !

Écrire à quatre mains

Depuis plusieurs années, je tâte de l'écriture à quatre mains. Un peu, beaucoup, à la folie. Je n'ai pas compté le nombre de livres publiés en binôme, mais à mon avis ça dépasse la vingtaine.

Et j'adore. Je travaille avec Sylvie Baussier essentiellement, mais aussi avec d'autres - notamment une nouvelle et joyeuse collaboration qui débouchera bientôt, je l'espère, sur un (gros) livre pétillant. On croise les doigts et on y

travaille !

 

Écrire à deux, pourquoi ?

L'écriture est, par définition, un acte solitaire. La structure d'un récit naît dans un cerveau, plus ou moins confusément. Une fois qu'on y voit clair, il s'agit de coucher l'histoire sur le papier.

Frotter son style et son imaginaire avec celui de quelqu'un d'autre est un drôle de défi.

Génial parce qu'il coupe la solitude.

Génial parce qu'il oblige à verbaliser des mécanismes qui, sinon, restent flous ou non conscients.

Génial parce que l'enthousiasme et l'énergie de l'autre donnent un coup de fouet et aident à se remettre en cause.

Génial parce que l'autre voit clair là où on bloquait, et inversement.

Génial parce qu'il permet de prendre conscience du fonctionnement de son cerveau, qui n'est pas forcément le même que l'autre.

 

 

Écrire à deux, comment ?

Le truc incroyable, c'est... qu'il n'y a pas de formule. Impossible d'établir une recette qui fonctionne à tous les coups.

Avec Sylvie, nous nous connaissons bien maintenant, mais chaque aventure est un nouveau défi, un nouveau départ. Parfois, pour les textes courts, l'une écrit la base, et l'autre retravaille dans le détail. Mais le plus souvent, nous jouons au ping-pong : chacune écrit un passage, puis l'envoie à l'autre, qui prend le relais - une fois que nous connaissons les personnages et savons à peu près ce qu'on veut dire, évidemment. 

Au final, le texte est tellement retravaillé qu'il est presque impossible de dire qui a écrit telle ou telle phrase, à la base. On retouche ce que l'autre a écrit, on le reprend, on met sa patte si besoin, on joue avec. On s'approprie les idées pour que le texte y gagne.

On retravaille, encore et encore. (Ah oui, un détail : les droits d'auteur sont divisés par deux, mais pas le travail, je ne crois pas mettre moins de temps à écrire un texte à quatre mains que seule - ce n'est pas le même travail, c'est tout.)

On en parle, on rigole, on se pose des questions, on essaie. L'autre pointe du doigt mes tics d'écriture, et inversement. On observe, on s'essaie, on se critique.

Et c'est là que la magie opère : le texte n'est plus une association de deux styles et de deux imaginaires, mais bien un style et un imaginaire nouveaux ! Un nouvel ADN issu de deux patrimoines génétiques différents !

 

 

Écrire à deux, des règles ?

 

S'il n'y a pas de mode d'emploi précis, je crois que, pour que le binôme fonctionne, il faut quand même respecter certaines règles :

 

Oublier son égo au placard : si vous ne supportez pas qu'on vous dise que cette phrase est maladroite, que votre idée est nulle, cessez immédiatement toute collaboration !

Un peu comme une relation de couple : si vous avez envie d'écraser l'autre ou de faire uniquement ce qui vous plaît, vous, ça ne marchera pas longtemps. Et ça se finira dans la douleur !

 

Respect et bienveillance : Ce point découle du précédent. Et il est fondamental.  Quand quelque chose ne va pas, il faut prendre le temps d'en parler, systématiquement. Donc tiens, voilà le troisième point : la communication.

Je sais que l'autre ne me fera pas de sale coup, qu'il donnera le meilleur de lui-même. On écrit dans la confiance, sereins et attentifs. Notre objectif est commun : écrire le meilleur livre possible !

 

Transparence : Ce point découle du précédent (je me demande si je n'ai pas déjà utilisé cette formule ?). Non, je n'enverrai pas de mail à l'éditeur sans en parler à l'autre, non je ne prendrai pas d'initiative qui puisse le mettre mal à l'aise. je ne la jouerai pas perso.

Et oui, je dirai TOUT ce qui me semble important. Parce que ça nous permettra d'avancer, et parce qu'on grandira d'en avoir discuté.

Exactement comme dans une relation de couple, j'y reviens.

 

Un rythme similaire : Je suis assez réactive, et je crois que j'aurais beaucoup de mal à écrire avec quelqu'un qui ne me ressemble pas, de ce point de vue. Qui prenne des semaines pour écrire une page. Je me connais, mon énergie disparaîtrait dans l'intervalle.

Il n'est pas forcément essentiel de se précipiter sur le texte dès qu'on le reçoit (quoi que, généralement, c'est dur de résister !) mais de prévenir l'autre de la date à laquelle on pense lui envoyer la suite. Histoire de pouvoir s'organiser.

 

Ne pas se prendre trop au sérieux. D'accord, l'écriture c'est notre métier, d'accord l'idée c'est de publier un texte. Mais c'est aussi s'amuser, rigoler. S'aventurer sur des chemins qu'on n'aurait pas osé suivre seul.

D'accord il y aura sûrement des moments où on sera en surchauffe parce que l'éditeur attendra un retour dans la minute, et qu'on ne sera pas prêt.

D'accord.

Mais avant tout, ce qui compte pour moi, c'est de découvrir un nouvel univers, de m'amuser et d'aller au bout d'une aventure commune. Un peu comme une histoire d'amour (tiens, je me demande si je ne l'ai pas déjà utilisée, cette image ?) : s'il n'y a pas de plaisir, on oublie tout de suite !

 

Alors vive l'écriture à quatre mains !

 

Matériel nécessaire : deux claviers équipés d'Internet, deux téléphones avec abonnement illimité, du temps (pas forcément en illimité mais en quantité clairement définie), de l'énergie (oh ouiiiiii !) et l'envie d'avancer (mais on a le droit d'avoir des coups de mou).

La suite à l'Elysée !

Décidément, je ne consacre pas assez de temps à ce blog : j'ai l'impression de simplement relayer les nouveautés.

Promis, je parle bientôt d'autre chose que d'auto-promo...

 

En attendant, notre fille de Présidente débarque. Elle est bien installée à l'Elysée (enfin, pas toujours très bien, d'ailleurs), mais la vie n'est pourtant pas très facile.

 

Au programme, changement de lycée pour cause de bulletin canardé, grands projets professionnels (originaux et peu lucratifs, mais si on commence à s'arrêter à ce genre de détails..), et surtout rencontre avec Andrei, un jeune d'origine étrangère qui risque d'être expulsé.

 

Angèle parviendra-t-elle à changer le cours des choses ?

 

Je n'ai pas encore reçu mes exemplaires d'auteur, mais le livre est déjà en librairie, alors j'attends votre retour avec impatience !

 

Et ah, au fait : toute ressemblance avec une situation réelle serait totalement fortuite...

Il débarque du Japon !

... et il arrive, tout beau, du Japon médiéval. Qui ? Mais le jeune Tanomo, évidemment !

 

Depuis la mort de ses parents, Tanomo prête main forte à sa tante, aubergiste. Un jour il rencontre par hasard, un élève de l'école de samouraïs voisine. Les deux garçons se lient d'amitié. Quand ils comprennent que des ninjas fomentent un complot contre l'école, ils allient leurs  forces.

C'est un récit plein de rebondissements, destiné aux jeunes lecteurs à partir de 8 ans. De l'aventure et de l'Histoire !

 

C'est aussi mon premier livre chez Bayard... et pas le dernier, puisque deux autres vont suivre prochainement.

Je suis très heureuse de vous le présenter !

Bonne année !

2017 se présente chargé. Une dizaine de livres en devenir, une nouvelle série à écrire, de nouveaux partenariats. Des échanges qui promettent d'être fructueux, des défis à relever.

J'aime ces nouveautés, j'aime ce foisonnement... J'aime la vie, tout simplement !

 

Que 2017 vous porte et vous enthousiasme !

QI 142, et alors ?

 

J'ai le grand plaisir de vous signaler son arrivée en librairie ces jours-ci.

 

L'histoire de Tiago me tient à coeur, parce que garçon est mal à l'aise à l'école, parce que la famille s'unit pour essayer de l'aider.

Son moyen d'expression, c'est le dessin, alors il dessine, en bas de chaque page de ses cahiers, un visage qui crache des insultes. Ce qui n'arrive pas à sortir de sa bouche.

 

L'histoire de Tiago me tient à coeur, parce qu'elle est simple et vraie. J'espère qu'elle vous touchera !

 

On peut lire ce livre à partir de 9 ou 10 ans, bien plus tard aussi, je l'espère !

 

 

Résumé :

 

Tiago est souvent traité de barjo par les élèves de sa classe. Il déteste l’école… qui le lui rend bien. Pour se consoler et tenir le coup, il passe son temps à lire des bandes dessinées et à inventer un personnage de BD qui le représenterait en super-héros.

 

Alors quand la maîtresse demande un rendez-vous à ses parents, Tiago craint le pire. Et il a raison : elle suggère que le garçon aille chez un psychologue.

D’avance, Tiago appréhende la première séance et déteste le praticien. Que va-t-il découvrir sur lui-même ?

 

Et en bonus, chaque page est agrémentée d'une vignette où Tiago, qui se rêve super héros plein de courage et de fougue, dit aux autres ce qu'il n'ose pas leur dire en vrai...

----

 

Enfants intellectuellement précoces, surdoués, à haut potentiel... : les termes sont nombreux pour parler de ceux qui réfléchissent différemment.

Et contrairement à ce qu'on pense, ils ne sont pas forcément bons élèves, et n'ont pas toujours de grandes facilités à l'école. Pour les parents, c'est même souvent le parcours du combattant : comment faire pour que son enfant se sente bien ?

Evreux

Photo Nancy Guilbert
Photo Nancy Guilbert

A Evreux, le salon du livre jeunesse c'était super, parce que :

 

- il y avait plein de monde pour discuter et acheter des livres (et notamment pas mal de jeunes lecteurs qui avaient lu "Tu n'es pas celle que tu crois" il y a deux ans, quand il était sélectionné pour le prix des Dévoreurs ; et quand on a encore des étoiles dans les yeux deux ans après, ça fait franchement plaisir),

- on a papoté avec plein d'auteurs sympas : entre autres Nancy Guilbert, Manon Fargetton, Hélène Kérillis, Richard Unglick et même un auteur-illustrateur avec lequel on était en contact il y a 25 ans (et ouais !) dans le cadre associatif, Henri Meunier

- on a été accueilis et chouchoutés par l'équipe de Gibert

- on a eu le temps de travailler en binôme avec Sylvie Baussier pour concocter un futur livre en commun, et ça fait du bien !

Photo Françoise Béranger
Photo Françoise Béranger
Photo Hélène Kérillis
Photo Hélène Kérillis

Et ça c'est le samedi soir : dîner à la médiathèque, au milieu des livres (comment ça, on n'a pas le droit de lire à table ?).

 

Avec Guillaume Trannoy, Xavière Devos, Nancy Guilbert et Sylvie Baussier.

Les invisibles sur la photo sont Hélène Kérillis, Yves Grevet et Manon Fargetton

A semer en atelier d'écriture

 

 

A l'occasion de la sortie prochaine de mon livre "QI 142 et alors ?", voici un petit jeu d'écriture.

 

 

Vous avez ci-dessous la première page du texte. Certains éléments ont été cachés, à vous d'inventer ce qui manque !

N'hésitez pas à m'envoyer votre version !

 

Et en prime, pour ceux qui se sont pris au jeu, voici deux autres extraits :

Tu n'es pas celle que tu crois
Tu n'es pas celle que tu crois
Tes Sourires Tes Secrets (co-écrit avec Sylvie Baussier)
Tes Sourires Tes Secrets (co-écrit avec Sylvie Baussier)

En turc !

Il n'y a pas à dire, les traductions ont toujours quelque chose d'émouvant.

On a beau être l'auteur du livre (en l'occurrence, la co-auteur), c'est tellement curieux de ne rien comprendre à ce qui est écrit !

 

Alors je ne résiste pas à vous donner les images...

 

Ci-dessous les originaux :

Et voici la version coréenne :

Bonne lecture aux polyglottes !

 

Et merci aux éditions Gulf Stream.

Fuveau, premier salon de l'année !

C'est au coeur de la Provence que je vous retrouverai dès ce week-end, à Fuveau, les 3 et 4 septembre. J'y dédicacerai "Fille de Présidente", "Le Stage" et la série "Bienvenue au Cast", entre autres.

 

Un début d'année sous le soleil et la bonne humeur !

 

Pour la suite des festivités, tout mon programme d'automne est mis à jour sur cette page. On se retrouve ici ou là ? J'en serais très heureuse...

Fille de Présidente

On parle beaucoup de politique en ce moment, avec l'approche des élections présidentielles et les aléas européens.

Chez Angèle, la politique est l'un des principaux sujets de conversation à table. Parce que sa mère se présente à l'élection... du moins si elle est choisie par ses pairs après la primaire.

Allez, un petit extrait :

Meudon, Meudon

 

Honte à moi, je n'ai pas encore pris le temps de parler de ma matinée à la médiathèque de Meudon, jeudi dernier.

 

Des élèves motivés et posant des questions (et vraiment beaucoup, faites-moi confiance !), des discussions variées et riches, des dédicaces en pagaille. Une matinée qui donne de la vigueur.

 

Sur la photo, vous pouvez admirer le joli cadre de la Médiathèque de Meudon. Tous les ingrédients sont réunis pour une rencontre agréable... même s'il manquait un câble pour que tout le monde visualise les images et les infos. Bah, pas grave, on s'en est passé !

 

Molière, scène d'exposition

Une scène d'exposition, en théâtre, c'est le début d'une pièce.

 

Dans ce livre, coécrit avec Sylvie Baussier, qui vient de sortir (il est sur les rayons depuis la semaine dernière), Lucas connaît son rôle par coeur, son costume est parfait. Dans deux jours, avec le club théâtre, il joue "Le Bourgeois Gentilhomme" ! Mais d'abord, le groupe participe à la journée spéciale Molière au château de Chambord. Il paraît qu'il y aura plein de surprises... Lucas ne va pas être déçu.

Alors qu'il assiste à une répétition, Lucas reçoit un coup sur la tête. Quand il reprend ses esprits, tout a changé autour de lui. dans quel monde a-t-il été catapulté ? Y aurait-il un tournage de film historique, ou est-il en train de vivre une expérience hors du commun

 

Alors, elle vous tente, cette scène d'exposition ?

 

C'est lisible à partir de 9 ans environ, disons CM1-CM2, et jusqu'en 5ème... Allez, rendez-vous d'un monde à l'autre !

Prix littéraire des MFR de Maine et Loire

Jeudi, c'était la remise du prix littéraire des MFR de Maine et Loire. Dix ans que le prix existe, et c'est tant mieux, parce que c'est une belle, belle aventure !

 

Les MFR, ce sont les Maisons Familiales Rurales. Des jeunes de la 4è au BTS qui suivent des formations en alternance, qui vivent en internat une école différente de celle qui est traditionnellement dispensée dans l'Education nationale. Quelle chance pour eux, quelle chance pour moi de discuter avec eux !

 

Des rencontres riches, avec des élèves intéressés, qui avaient lu de manière précise le livre sélectionné (Disparition inquiétante).

 

Des journées comme celles-ci, on en redemande !

 

Alors c'est vrai que je ne suis pas repartie avec le prix, donné à Amélie Sarn pour "Resurrectio" (bravo à elle !), mais tant pis, l'important, c'était d'être là, de discuter avec des jeunes heureux, et de découvrir des formateurs/moniteurs pleins d'énergie, de foi en les jeunes dont ils ont la charge.

 

Comme ça fait du bien !

Et pour fêter les dix ans, Tehem, dessinateur BD, a dessiné en direct sur des extraits lus des romans primés les années précédentes. 

Génial !

(Photos piquées aux différentes MFR - Merci !)

5 ans déjà

Triste anniversaire : il y a cinq ans, un tremblement de terre causait un tsunami au Nord-Est du Japon, qui provoquait lui-même une catastrophe nucléaire à Fukushima.

C'était le 11 mars 2011.

Nous venions de publier, Sylvie Baussier et moi, Tchernobyl, bienvenue en enfer. Le thème du nucléaire était aussi abordé. D'ailleurs, toujours à l'affût de nouveautés, France 2 m'a demandé de parler de cette première catastrophe au cours du journal télévisé le 12 mars (ou comment être catapulté spécialiste de ce qu'on n'est pas). Bref.

On suivait l'info, sous le choc.

 

 

Le 15 mars, j'ai reçu un appel de Françoise Hessel, éditrice chez Oskar Editeur.

- Il faut raconter ce qui est en train de se passer au Japon. C'est une telle catastrophe qu'il faut tout raconter !

- Maintenant ? Mais on ignore comment les choses vont évoluer.

A ce moment-là, l'accident nucléaire et le tsunami faisaient le "buzz". On se posait de nombreuses questions. Certains allaient jusqu'à dire que le Japon disparaîtrait, rayé de la carte des zones habitables.

Françoise a insisté ; il lui paraissait fondamental de faire paraître un livre rapidement.

 

 

Sylvie et moi avons donc longuement réfléchi : peut-on parler de l'actualité "à chaud" dans une fiction ? N'est-ce pas opportuniste et mal venu ?

Et puis nous avons réalisé que, si l'actualité faisait la part belle au Japon dans la semaine qui suivait l'accident, les caméras ne tarderaient pas à se détourner de Fukushima rapidement. Or rien ne serait terminé. L'exemple de Tchernobyl et de son fameux nuage qui avait miraculeusement évité les frontières françaises était encore dans nos mémoires...

On voyait chacune nos propres enfants sidérés par ce que racontaient la radio, la TV, par les images. On a pris conscience qu’il fallait accompagner les jeunes, les aider à comprendre, à assimiler.

Donc oui, il était important d'aborder la question.

Et puis nous ne partions pas de rien : notre roman sur Tchernobyl venait de sortir donc nos connaissances sur le nucléaire étaient encore fraîches. On pouvait utiliser les mêmes personnages, en les adaptant.

 

Nouveau coup de téléphone.

- Oui Françoise, on va écrire ce livre.

- Très bien. Rendez-moi votre texte en juin, vous avez deux - trois mois pour l'écrire. j'aimerais qu'il paraisse en septembre.

Gloups. Délais hyper serrés et angoisse qui monte. 

 

 

Comment écrit-on, quand il est impossible (et pour cause) de prendre du recul, quand on découvre jour après jour ce qui se passe, au gré de ce que les médias ou les communicants acceptent de laisser filtrer ?

Comment écrit-on quand on est englué dans les infos contradictoires et qu'on est à des milliers de kilomètres ? Et quand, de surcroît, les infos scientifiques et techniques sont très complexes ?

 

Notre premier travail a été une veille documentaire très précise. Des pages et des pages d'informations, celles que distillaient les journaux, les pro comme les anti nucléaires. Celles de spécialistes comme celle de témoins. Et en lien avec une Franco-japonaise qui habite Tokyo depuis 30 ans. Cette masse d'informations a permis de nous nourrir.

 

Il fallait maintenant savoir comment écrire. Après réflexion, nous avons choisi la forme du journal.

La jeune héroïne raconte ce qu'elle sait, au moment où elle le sait. Tout comme nous, Européens impuissants. L'information tombe, se contredit, s'emmêle. Pouvoir des médias, mensonges et vérités.

Un journal sur le mois qui suit la catastrophe.

30 jours pour se faire une idée de ce qui se passe.

30 jours pour aider l'amie japonaise qui débarque en France.

30 jours pour trembler à propos du père, journaliste qui couvre la catastrophe.

 

 Pari réussi ? A vous de nous le dire. Quoi qu'il en soit, il est important de connaître le contexte dans lequel le livre s'est écrit. Aujourd'hui, il ne prendrait évidemment pas la même forme...

 

Mais cinq ans après, l'info a toujours du mal à émerger. De ce point de vue, rien ne change... Puissions-nous impulser à nos dirigeants la foi nécessaire à l'intérêt collectif. Voir plus loin pour soigner notre planète.

 

Ah, et puis aussi...

Ca n'a rien à voir, mais je viens de l'apprendre et ça fait plaisir :

Le Stage, qui vient de sortir, est déjà Coup de cœur à la Fnac !

Là encore, il est question de manipulations...

 

Joie !

 

Les Experts : émission du 2 mars 2016

Hier, j'ai eu la chance de participer, avec Laurent Petit-Guillaume, à l'émission "Les Experts", en tant qu'experte (rien que ça !) sur les expressions à propos de la langue française.

Si vous avez envie d'écouter mes bafouillements en série, c'est ici !

J'ai abordé quelques expression du livre "Expressions gourmandes" paru chez Larousse il y a quelques semaines.

Quand je reçois un message comme ça, je craque complètement...

Pas vous ?

Merci Sara !

C'est toi qui gagnes la palme de l'imagination et de la poésie... A ton tour de toquer à la porte des rêves et d'avaler quelques potions pour faire vivre tes histoires !

Le Stage

Comment sortir de ce piège ?

 

Cinq jeunes rêvent d'intégrer Paris'com, LA meilleure école de communication. Ils sont conviés à un stage d'intégration leur permettant de valider leur admission. mais qui s'attendait à vivre une telle expérience ?

 

Quand on doit dépasser ses limites.

Quand on ne sait plus qui sont ses amis.
Et quand la peur vous dévore...

 

 

Alors, vous êtes prêts à partir en stage ? On vous attend !

Le livre vient de sortir, et j'ai hâte d'avoir vos premiers retours...

On va se régaler !

 

 

Voilà, il est tout frais paru, et il est temps de le déguster : un petit dictionnaire insolite des expressions gourmandes. ce petit livre a mijoté quelques semaines dans les cuisines de Larousse. Il est maintenant sur les étals, pour le plaisir de vos papilles !

 

Mitonnées au long des siècles, les expressions françaises sont la manifestation d'un foisonnement de la langue. Un zeste de tradition, une pincée d'exotisme ou de particularisme local, une pointe d'ironie ou de bon sens paysan... La cuisine étant une part essentielle de la vie quotidienne, nombre de locutions s'y rapportent.

 

Au menu, il vous propose l'origine et le sens caché d'expressions fort appétissantes. Pour varier les plaisirs, il vous offre aussi des jeux et des devinettes qui font appel à vos connaissances ou à votre intuition. En avant pour une dégustation pleine de saveurs de la langue française !

 

Le détail de toutes les expressions traitées ici

Bonne année 2016 !

Déjà décembre !

Je ne sais pas de quelle matière je suis faite, mais il doit me manquer quelques neurones qui se terminent par .doc ou qui possèdent une connexion directe avec les réseaux sociaux. En bref, j'ai un peu de mal à tenir mon blog à jour !

 

Pourtant, il se passe plein de choses.

 

Je n'ai même pas parlé des deux petits nouveaux, qui sont sortis fin novembre : les carnets de Zoé et Gabin "Loups à l'horizon" et "Nez à nez avec les ours". Pourtant, l'accueil a été excellent lors du dernier salon, à Montigny les Cormeilles. Les gens ont adoré le loup tremblotant dans sa fourrure et les oursons en danger...

Parce que oui, il y a eu deux salons imbriqués l'un dans l'autre : Montreuil d'abord, où les scolaires absents pour cause d'état d'urgence ont fait un drôle d'effet. L'avantage, c'est qu'on a eu plus de temps pour discuter avec les uns et les autres. L'inconvénient c'est que, pendant toute la première partie du salon, les allées manquaient franchement de jeunesse... Bien dommage pour un salon spécialisé en jeunesse !

 

Ensuite, je suis allée à Montigny les Cormeilles, où se tenait le salon du polar. Organisation impeccable (bravo Julie !). On a commencé par un débat dans le cadre du prix du polar jeunesse. Accompagnée de Manon Fargetton, Sébastien Gendron et Raphaëlle Frier, les autres auteurs sélectionnés, nous avons rencontré des élèves. Comme tous les jeunes prévus n'ont pas pu être présents (même cause d'état d'urgence, même effet), la réunion était filmée... On a bien papoté.

 

Sébastien Gendron, Pascale Perrier, Manon Fargetton, Raphaëlle Frier
Sébastien Gendron, Pascale Perrier, Manon Fargetton, Raphaëlle Frier

 

... Mais je n'ai pas eu le prix ! L'heureuse gagnante est Manon Fargetton, avec son thriller Le suivant sur la liste. Bravo à elle ! Je me suis bien consolée avec les nombreux lecteurs qui sont venus me voir pour me dire qu'ils avaient adoré mon livre,  Disparition inquiétante. Merci à vous, cela me fait chaud au coeur !

 

Pour terminer, un petit retour à Montreuil lundi. Les allées étaient pleines, pleines, pleines. Et c'est tant mieux, tant mieux, tant mieux !

 

Je m'en tire avec un bon mal de gorge pour cause de multiples courants d'air, et l'envie de mener plein de projets à bien...

Ca c'est le salon de Montigny, avec une photo prise par Christophe Miraucourt, qui était là en avance, quand les allées et les chaises étaient encore vides !
Ca c'est le salon de Montigny, avec une photo prise par Christophe Miraucourt, qui était là en avance, quand les allées et les chaises étaient encore vides !
Et ça c'est à Montreuil avec Anne Loyer, la photo étant prise par Hélène Leroy, documentaliste (quand je vous dis que j'ai fait de chouettes rencontres !)
Et ça c'est à Montreuil avec Anne Loyer, la photo étant prise par Hélène Leroy, documentaliste (quand je vous dis que j'ai fait de chouettes rencontres !)

Bientôt, "Le stage"


Non, je ne vais pas suivre un stage professionnel, du moins ce n'est pas la question ici.

"Le stage", c'est le titre de mon futur livre, prévu pour janvier.

Je viens de voir l'image de couverture, qu'en pensez-vous ?



Quand tu dois te dépasser pour t’en sortir.

Quand tu ne sais plus qui sont tes amis.

Et quand la peur te dévore…

 

Le voilà ! 

 

Il est sorti, enfin ! Ou plutôt non, il sort jeudi, encore deux petits jours à attendre.

Je viens tout juste de le recevoir, et j'en suis presque chamboulée.

 

C'est que ce livre a été long à éclore. Presque deux ans de gestation. Sylvie Baussier et moi avons longuement tourné autour de ce thème en nous demandant comment en parler. 

Nous avons écrit quelques pages, ça ne convenait pas.

Nous avons lu, nous avons parlé, nous avons réfléchi. Peut-être avons-nous pleuré, en tout cas nous avons verbalisé nos peurs, nos inquiétudes, nos attentes.

De nouveau, nous avons écrit. Ca ne convenait pas non plus. Il ne fallait pas quelque chose de trop lisse, de trop rude, de trop distant ou de trop empathique. 

Le temps passait, nous rôdions toujours autour de notre sujet. Il fallait trouver le ton, aborder VRAIMENT les sourires et les secrets d'Ophélie.

Jusqu'à ce jour où nous avons compris que le plus important, c'est l'avenir. Ce qui va se passer ensuite. Ce qui attend Ophélie.

Lui construire un futur dès maintenant.

A deux voix, nous avons alors tissé ce texte. Chaque mot a été réfléchi et pesé. "Est-ce que c'est vraiment ce qu'on éprouve à ce moment-là ? Est-ce vraiment ainsi qu'il faut le raconter ?" nous demandions-nous sans cesse. Nous avons inlassablement repris et peaufiné chaque mot, pour tenter d'être au plus vrai, au plus juste.

 

C'est donc avec émotion que nous voyons aujourd'hui cette histoire devenir un livre. Dans l'espoir qu'il soit, pour vous, une pierre vive, un appel à la vie.

Votre avis nous sera précieux, nous l'attendons avec impatience.

Ecrire...

Parce que l'écriture permet d'accomplir un chemin en soi, vers soi.

Parce que, même en racontant une histoire qui n'a rien à voir avec nous, on se projette dans un univers, dans une vie ; et c'est une manière de s'accomplir.

Parce que la création, c'est la vie.

Parce que l'émotion qui se transmet, c'est de l'énergie pure, de la joie de vivre et du sourire. De la force. Ô combien précieuse.

 

Pour toutes ces raisons, et pour plein d 'autres encore, j'écris.

 

L'écriture nourrit mes journées, occupe mes nuits, s'installe dans ma vie.

Parfois c'est difficile, la douleur de ne pas savoir comment exprimer ce qui est là, diffus dans le crâne. Il y a la blessure de se sentir trop petit, la peur de ne pas y arriver, l'angoisse de se sentir jugé.

Parfois c'est aisé, et les mots coulent, sereins. Il arrive que l'histoire s'aventure dans des méandres qu'on n'aurait pas imaginés au départ. Découverte d'un horizon nouveau, richesse et exotisme. Evidence et jubilation.

 

Pour toutes ces raisons, et pour plein d 'autres encore, j'écris.

Le voilà !


Il est là, tout beau, tout frais, et je suis super contente de le voir "en vrai". Chaque livre est une aventure. Pour une série, on a toujours plaisir à reprendre les personnages, à les faire revivre et évoluer. Ils grandissent, mûrissent, se révèlent plus compliqués qu'on ne le pensait au premier abord.

Chaque livre est un nouveau défi, car il faut être capable de donner du souffle.

Pari réussi ? A vous de me le dire !



C'est le début de la deuxième année au Cast, et Pauline voit beaucoup de changements par rapport à l'année précédente. L'ambiance sera-t-elle aussi bonne, et le travail aussi fructueux ?



A venir...

Durant les prochaines semaines, plusieurs livres vont paraître, et c'est tant mieux !

 





Rendez-vous le 23 septembre pour la suite de "Bienvenue au Cast". Il s'appelle Des étoiles dans les yeux.


C'est le début de la deuxième année, les personnages changent, des nouveaux font leur apparition, de nouveaux défis apparaissent...


Profitez-en : c'est bientôt la fin de la série !



A la fin du mois aussi, un court texte coécrit avec Sylvie Baussier, Tes Sourires Tes Secrets.


Un matin à l'aube, Manon est réveillée par le téléphone ; Ophélie, sa meilleure amie, est dans un état grave. Que lui est-il arrivé ? Va-t-elle sen sortir ? Pour comprendre, Manon se précipite à l'hôpital. Dès quelle le peut, elle se réfugie dans l'écriture, et invente des scénarios de vie heureuse avec Ophélie, tant l'existence sans elle est inimaginable.

 

Et puis en novembre, la suite des Carnets de Zoé et Gabin, avec deux épisodes : Loups à l'horizon et Nez à nez avec les ours. Toujours coécrit avec Sylvie Baussier.

Péripéties et cavalcades au programme !

Et pour 2016, de jolies surprises encore secrètes !

Ruralivres, un bien joli prix !

Vendredi, j'ai eu le bonheur d'aller dans la région de Cambrai (à Caudry très exactement) pour recevoir un super prix "Ruralivre d'or" (parce que oui, on ne lésine pas dans le Nord, quand on gagne, c'est de l'or !).


Toute la journée, j'ai donc rencontré plein plein d'élèves et on a joyeusement parlé de "Tu n'es pas celle que tu crois" et du métier d'écrivain, ses joies et... ses joies.

des CM2, des 6è et des 5è, qui tous avaient soif de lire et de poser des questions.


Je vous le dis tout neuf : des journées comme ça, ça vous donne du tonus, et l'envie d'écrire encore longtemps...

Sur la photo de gauche, on ne voit pas la longueur de la file d'attente, mais promis, elle était loooongggue !

En haut à droite, remise des prix. Et comme j'ai proposé aux enfants qui avaient lu "Tu n'es pas celle que tu crois" de monter su scène", il s'en est suivi un léger cafouillage. Comment ça, l'estrade a failli craquer ?

Et en bas à droite, le super auditorium où avaient lieu les rencontres. J'avais presque l'impression d'être une star !

Atelier d'écriture

En direct du collège Sainte Marie (Prais 18è), voici le travail de la classe de 6èE.


Ils ont imaginé un pays de rêve : Paradilife.

Là-bas, il y a des maisons, mais comment sont-elles ?

Des habitudes, mais à quoi ressemblent-elles ?

Des écoliers, mais qu'apprennent-ils ?

Des recettes délicieuses, mais lesquelles ?


Tous détails que les enfants ont imaginé...

Je vous laisse découvrir !


Un vrai bonheur d'écriture.

merci aux 6è E, merci à Mme Prieur !

Télécharger
Et pour télécharger le fichier, c'est ici !
ecrivains-2015-6e.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

Sélection pour "Disparition inquiétante"





Je viens d'apprendre que "Disparition inquiétante" est sélectionné pour le prochain Prix Polar Jeunesse des collégiens à Montigny-les-Cormeilles.


Une bonne nouvelle pour Juliette et Gabriel (les héros du livre, pour ceux qui n'auraient pas suivi)...

Toute première fois

Scoop : aujourd'hui, je vais vous parler de ma toute première fois. Parce qu'elle compte toujours plus que les suivantes, parce que j'en ai gardé un souvenir ému. Et parce que les évolutions éditoriales actuelles m'incitent à y repenser - foutu monde économique.

Promis j'éviterai les détails trop intimes, promis les oreilles et les yeux chastes ne seront pas terrorisés pour plusieurs années.

 

Ma première fois est intimement liée à la grossesse. J'étais enceinte, en vacances, et bloquée sur un lit, par ordre du médecin. Comment passer le temps ? En lisant, bien sûr.

Or, nous avions pris nos quartiers d'été dans un studio appartenant à une tante, laquelle avait été, durant quelques années, représentante chez Bayard Presse. Au-dessus du lit, étaient donc alignés des mètres et des mètres de Je Bouquine.

J'ai dû en lire une trentaine à la suite.

Forcément, j'ai fini par me dire "Et si j'écrivais pour eux, moi aussi ?"

Pour ceux qui ne le sauraient pas, dans chaque numéro de Je Bouquine, on trouve un roman inédit. Me voilà partie à évaluer la taille de cette histoire en comptant le nombre de lettres par page (je sais, je sais, le procédé est archaïque et porte à sourire, mais je vous parle d'une temps où l'ordinateur était réservé à quelques happy few, et où les sites internet des éditeurs n'affichaient pas clairement leurs besoins à l'attention des auteurs potentiels).

 

On rentre à la maison, et je me lance bravement dans l'écriture. J'avais déjà taquiné la muse à l'occasion (et même un peu plus qu'à l'occasion) mais pour la première fois, je termine l'histoire. Relecture, corrections, impression, reliure, et envoi.

Je me souviens que l'historie s'appelait "Club théâtre". On y croisait une jeune fille timide, un club théâtre revigorant et un prof de français terrifiant.

Par chance, je reçois une réponse très rapidement.

En substance, on me dit "Votre histoire est pas mal du tout, mais elle avance à la vitesse d'un TGV. Prenez le temps d'installer vos personnages, prenez le temps de raconter les différentes séquences, et surtout prenez le temps de raconter la fin en détail."

Bon. Mais si je fais ce qu'on me dit, la taille du roman va exploser, et ne correspondra plus à celle d'un Je Bouquine (toujours la même histoire du nombre de signes comptabilisé de manière archaïque).

Qu'à cela ne tienne, du coup mon histoire a la taille d'un roman jeunesse. Relecture, corrections, impression, reliure et questionnement : à qui envoyer mon texte ? Après réflexion, j'opte pour Rageot, dont j'ai adoré plusieurs romans (notamment Un si terrible secret d'Evelyne Brisou-Pellen ou L'ordinatueur de Christian Grenier).

 

Là-dessus (je suis de nouveau enceinte, je vous ai prévenu, c'est une histoire intimement liée à la grossesse) j'envoie mon texte et me prépare à déménager.

Cartons, déballages, peinture, gros ventre, fatigue.

Un matin d'octobre, coup de téléphone. Je suis dans la chambre de notre nouvelle maison. La sonnerie résonne fort dans cette pièce qui manque de meubles, le téléphone est par terre, faute de meilleure place. En bas, un ouvrier est en train de prévoir de futurs travaux, il faudrait que je descende. Je décroche en espérant que ça ne dure pas trop longtemps.

- Bonjour, c'est Caroline Westberg, des éditions Rageot. Je vous appelle parce que nous avons lu votre roman, Club théâtre. il nous intéresse. On peut convenir d'un rendez-vous pour faire connaissance ?

- Ben euh... Oui.

Un peu sonnée, je note l'adresse, incapable de me réjouir encore. Qu'est-ce que ça veut dire exactement "votre texte nous intéresse" ? Est-ce qu'ils vont le publier, oui ou non ?

 

Une semaine plus tard, vêtue d'un atroce ensemble violet (je n'ai pas de photos du vêtement en question, dommage, mais il ne me semble pas exagérer en disant qu'il était épouvantable - ceci dit, enceinte de 8 mois 1/2, ma garde-robe était limitée), je sonne aux bureaux de Rageot (depuis, ils ont changé d'adresse).

La veille, j'ai téléphoné à une amie auteur, qui m'a conseillée d'être sûre de moi.

Résultat, je ne crois pas exagérer en disant que je me montre sèche, limite odieuse (on va dire que j'ai l'excuse du gros ventre, pas sûr que ça passe). Dans un semi-brouillard, j'écoute Caroline Westberg me parler de contrat et d'une tonne de points que je ne maîtrise pas du tout. Je hoche la tête, je fais celle qui comprend, je suis lamentable. Désolée Caroline, j'étais juste terrorisée et d'une naïveté confondante.

Mais le livre va être publié, et ça c'est absolument super.

La suite c'est accouchement, relecture, corrections, fatigue, nouvelle salve de corrections.

Le roman sort en mars (un délai aussi court, c'est inimaginable à l'heure actuelle), il s'appelle finalement En scène les 5è et se taille un joli succès, c'est le début d'une belle histoire - je trouve.

Ensuite, les romans s'enchaînent. j'éprouve le besoin de publier aussi ailleurs, il me semble que j'ai besoin de ça pour m'assurer que mon travail vaut quelque chose. Après plusieurs années (et deux autres grossesses, on ne s'en sort pas) je re-frappe de nouveau à la porte de Rageot, on y est bien...

Depuis le premier livre, seize ans ont passé !


Voilà, ma toute première fois chez un éditeur a été suivie d'une cinquantaine d'autres.

A chaque fois, l'aventure d'une publication est un parcours semé de nouveaux plaisirs, de nouvelles embûches ; à chaque fois le défi est renouvelé. Et je suis heureuse d'en faire mon métier.

Bastia, Histoire(s) en mai

A Bastia, pendant toute une semaine, j'ai rencontré des élèves passionnés par les pirates : ils avaient lu et épluché Le mystérieux trésor de Barbe Noire ou bien Naufrage à Vanikoro et avaient listé des dizaines de questions à me poser.


Depuis, j'ai découvert :

  • qu'il y aurait un trésor encore enfoui au large des côtes corses, celui du Maréchal Rommel qui se serait écrasé vers l'embouchure du Golo. Tout détenteur d'informations précises et fiables est prié de me mes signaler d'urgence !
  • que de jeunes pirates sont tout prêts à partir à la recherche dudit trésor, et que leur énergie est communicative ! (voir photos ci-dessous)
  • que l'envie de lire et d'écrire est communicative. Merci à tous les élèves qui m'envoyez vos textes, c'est génial ! J'en veux encore... 
  • que dans les classes uniques, règne une ambiance et une camaraderie vraiment appréciables,
  • que la Corse est fort belle, en cette fin du mois de mai, et que le sable, ça peut être chaud ! J'ai bien nevie de revenir vous voir...
  • que la notion d'accueil chez Arte Mare n'est pas usurpée ; Michelle(s), Françoise, Marie(s) et Céline ne perdent pas leur temps en initiant un (des) festival(s) à Bastia. Vive la culture, méditerranéenne ou pas, et vive l'écriture !


En clair, vous l'aurez compris, j'ai pris beaucoup de plaisir à rencontrer les élèves de :

  • l'école Charles Andréi, Subissi, Calloni, Jeanne d'Arc, Braccini à Bastia
  • l'école de Folleli
  • l'école de Cardo
  • l'école de Furiani
  • l'école de Barchetta
  • le collège saint Joseph à Bastia

Alors peut-être à bientôt, qui sait ?



Et en prime, un article dans "Corse Matin" :

Au Maroc...

A Kénitra, le festival "La Cigogne volubile", ce n'est pas une plaisanterie. Avant le samedi, qui représente l'apothéose du projet, des dizaines de classes travaillent sur le thème et préparent des spectacles, des tableaux, des affiches, des merveilles.

Cette année, on parlait d'environnement.

Mes livres (co-écrits avec Sylvie Baussier) "Japon touché au coeur"(Oskar) et la collection "Ma planète préférée" (Kipu, la planète aux ordures et Bitumia, la planète aux voitures, Gulf Stream) étaient donc à l'honneur, quelle chance ! "A la mer" (Belin)avait aussi été étudié en profondeur.


Pendant deux journées très denses, j'ai rencontré des élèves de l'école Ghizlane Addahabia, la Réserve, le Pont, le Nid et Henri Moissan.

A l'école "La Réserve", quel accueil !
A l'école "La Réserve", quel accueil !

Nous avons parlé environnement, écriture, imprimerie...

Partout, j'ai découvert des élèves attentifs, avec l'envie d'apprendre, et qui parlent un français impressionnant, alors que ce n'est pas leur langue maternelle. Bravo à tous... Près de 500 élèves rencontrés !


Et puis le samedi, c'était la grande fête dans les jardins de l'Institut Français ! Chacun avait contribué à former un décor incroyable.

Rencontre avec les lecteurs, très très nombreux, séance de signatures et atelier d'écriture avec une quinzaine d'enfants très motivés (si vous voulez que je vous envoie le texte écrit pendant l'atelier, faites-moi signe !) : il n'y avait pas de quoi s'ennuyer.

Là encore, l'envie d'apprendre était manifeste, la joie communicative, et le soleil omniprésent : que demander de mieux !


Un vrai bonheur, partagé avec Louis Rigaud, illustrateur qui a ravi les plus jeunes avec ses livres pop-up, mais aussi toute l'équipe de l'Institut Français, Jean bien sûr mais aussi Christian, Anne et Sandrine, entre autres.


Merci à tous !

De festival en festival...

Départ imminent pour le festival "la cigogne volubile" au Maroc, à la rencontre des écoliers francophones de Kénitra. Au programme : l'environnement. Ce festival est organisé par l'Institut Français au Maroc, et se déroule dans différentes villes. il y aura des rencontres avec des classes, avec des lecteurs de la médiathèques, des ateliers d'écriture, des dédicaces... Pas de quoi s'ennuyer, et c'est tant mieux !


Et aussitôt après, j'enchaîne sur un autre festival à Bastia. "Histoire(s) en mai", par l'association Arte Mare.

Cette fois, nous parlons d'Histoire, de Barbe Noire en particulier - ou de Lapérouse et de son voyage d'exploration.


Le Maroc, la Corse, l'écriture. Elle est pas belle, la vie d'auteur ?


Et hop, je m'en vais boucler ma valise...

Une bande-annonce géniale...




A propos de Tu n'es pas celle que tu crois.


Cette bande-annonce a été entièrement réalisée et tournée par des élèves de 4è du collège saint-Jacques de Moutiers-les Mauxfaits, avec Gaëtan Barka à la réalisation.


Bravo à lui, et aux acteurs !

Vendée Lire - étape 2

 

La semaine en Vendée est maintenant terminée.

J'ai rencontré beaucoup, beaucoup d'élèves de 5è et de 4è.

Quelle richesse d'échanges !

 

J'ai découvert des professeurs-documentalistes de Vendée pleines d'entrain et d'énergie, ayant à cœur de diffuser l'amour de la lecture. J'ai discuté avec des élèves enthousiastes et agréables, attentifs le plus souvent, surprenants parfois, motivés la plupart du temps, et créatifs aussi... Je repars les mains pleines de chefs d’œuvre, de sourires et d'énergie.


Me voilà prête à replonger dans mes histoires... avec de bons conseils en prime !

 

Quant aux élèves, les voilà prêts à finir les 14 (!) livres de la sélection... Résultats des votes courant juin.

 

Merci à tous...


Et ci-dessous une petite vidéo à propos de Tu n'es pas celle que tu crois, réalisée par des collégiens que collège Saint Joseph de Challans. Bravo à eux !

Et comme des journalistes sont venus, voici leurs articles :

  • A La Mothe-Achard, lisez ceci (Ouest France)
  • A Aizenay, des élèves ont fait eux-mêmes leur compte-rendu, voyez plutôt !
  • Et cliquez ici pour lire l'article de Moutiers-les-Mauxfaits.

Vendée Lire - étape 1





Vendée Lire, vous connaissez ? C'est un prix littéraire organisé à destination des 5è et 4è des collèges privés de Vendée.

Plus d'un millier de lecteurs dévorent les 14 livres de la sélection, belle initiative !

Et quelle chance, cette année Tu n'es pas celle que tu crois fait partie des lectures suggérées...


Dans ce cadre, me voilà prête à sillonner les routes de Vendée pour rencontrer des classes.

Et le programme est chargé !

Lundi, j'ai rencontré des élèves du collège Saint Joseph à Challans, puis ceux du Sacré-Coeur à La Roche sur Yon.

Mardi, c'était au tour de ceux de Saint Jacques à Moutiers les Mauxfaits.

Et ce matin, mercredi, j'ai rendu visite aux 4èmes de Sainte Marie à Aizenay.


Les heures passent rapidement, face à des élèves aussi passionnés !

Certains ont produit des réalisations remarquables ! J'espère vous montrer prochainement une bande-annonce pour le roman Tu n'es pas celle que tu crois. En attendant, régalez-vous des autres productions d'élèves !


Félicitations à tous... et rendez-vous demain et vendredi aux Sables d'Olonne, à La Mothe-Achard et à Palluau !

Le salon du livre de Montaigu

Le Printemps du livre de Montaigu, c'est fini !

Et c'était vraiment bien.

Des rencontres avec les scolaires très motivés, un salon plein de monde, des auteurs très sympas avec qui papoter... Que du bonheur !

J'adore quand, le vendredi, une jeune demoiselle vient acheter le premier tome de Bienvenue au Cast, et qu'elle revient le lendemain, enthousiaste, pour prendre le tome 2... Et se précipite le dimanche pour acquérir le tome 3, parce qu'elle a déjà terminé les deux premiers et qu'elle a-dooo-re !


J'enchaîne maintenant sur une semaine (intense) de rencontres autour du prix Vendée Lire... Je le raconterai en détail très vite...

Une des classes du collège Villebois-Mareuil de Montaigu.


Merci à Marie-Hélène Lafond et à Lucile Sire pour les photos !

Déjà une chronique pour "les carnets"

"Face aux lions" et "Plongée avec les dauphins" n'est pas encore sorti officiellement, mais déjà une première chronique...


Ca fait plaisir !


A lire en intégralité ici : Un livre dans ma valise

(...) Les auteurs et l’illustratrice ont trouvé le juste équilibre dans les aventures de ce trio infernal. C’est moderne, drôle, avec des répliques qui font mouche… On se régale à la lecture de ces péripéties au coeur du parc Serengeti en Tanzanie.

Ma fille de 8 ans a dévoré l’histoire en 2 soirées, et a déjà débuté le 2e tome « plongée avec les dauphins » qui nous emmène aux Canaries.

« Les carnets de Zoé et Gabin » a tout pour devenir une grande et longue collection !
Le fait d’avoir une double lecture – le texte principal et les commentaires amusants dans les marges – correspond bien à l’air du temps : l’enfant peut zapper de l’un à l’autre comme bon lui semble, se laisser absorber par le récit ou se distraire en lisant dans les marges. Les enfants peu à l’aise avec la lecture seront probablement rassurés par le fait que ce soit écrit sous la forme d’un carnet de voyage avec les courts textes qui donnent des temps de respiration et de rigolade dans le récit !

La famille Boujotte aime les aventures et les animaux ; ça tombe bien, nous aussi à la maison:-)

Sandrine Damie

Salon du livre de Paris





Voilà, pour moi le salon de Paris, c'est fini !


J'y dédicaçais sur le stand Rageot avec Ségolène Valente (le matin) et toute seule l'après-midi.




Plein de jolies rencontres, des ventes en pagaille, des sourires (et un petit courant d'air qui promet un joli rhume à venir...).


Je vous le dis, la lecture n'est pas à bout de course : les jeunes lisent encore, et même ils adorent ça !

Avant-goût des Carnets

Très bientôt (le compte à rebours est déclenché, je viens de recevoir mes exemplaires !), sortent les deux premiers volumes des Carnets de Zoé et Gabin, coécrits avec Sylvie Baussier, et dessinés par Marie de Monti.

Youpi !

 

Il est temps de vous expliquer le principe :

Gabin prend des notes sur son carnet. Sa soeur Zoé donne son avis dans la marge. Et comme tous les deux ont de l'énergie à revendre, voilà un joyeux ensemble plein de vie... et de disputes!

 

Allez, un petit exemple pour la route :

Ah oui, j'ai oublié de vous expliquer que la maman est photographe animalière.

Toute la famille visite donc plein d'endroits avec l'idée d'en tirer des reportages.


Premières étapes : la Tanzanie : Nez à nez avec les lions

et les Canaries : Plongée avec les dauphins


Et hop, voilà les couvertures :

On a hââââte !

Sous les projecteurs


Ahhaha, il est là, tout juste sorti de ma boîte aux lettres !


C'est le tome 3 de la série Bienvenue au Cast, il sort officiellement le 11 février, et il est... très très orange... très très beau, avec une foule d'illustrations (signées de la talentueuse Diglee).


Dans l'image, saurez-vous retrouver le tome 1 (rose) et le tome 2 (violet) qui se sont subrepticement glissés parmi les p'tits nouveaux ? Oui ? Bravo !


Maintenant, je n'ai plus qu'à ronger mon frein en attendant les premières lectures. Au plaisir d'avoir votre avis !

Bonne année !

 ... En vous souhaitant une excellente année 2015, sous le signe de la musique, ma nouvelle série Bienvenue au Cast oblige !

Montreuil 2014 en photos

Plutôt qu'un long discours, voici quelques photos glanées ici et là (merci Rageot, merci HAnne Laure).








Des piles,

des piles

et des piles !


(et des Bienvenue au Cast !)










Admirez le stand Rageot : Le noir est ma couleur...et Bienvenue au Cast !






Avec Johan Héliot (lui, il parle, moi j'écoute).




Au boulot !

Au passage, admirez les jolis badges, très appréciés des lecteurs




Ne vous y trompez pas, la star, c'est Hervé Jubert, adulé par des hordes de fans (si, si !)






Au boulot encore,

on n'est pas là pour rigoler !









Avec HAnne-Laure, blogueuse

Le Touquet (et Versailles), c'est fini

Une fin de semaine sous le signe des rencontres : vendredi et samedi, j'étais auprès des jeunes du Touquet, de Montreuil-sur-mer, d'Etaples et des environs.

Deux rencontres riches et foisonnantes, avec un public nombreux (près d'une centaine d'élèves à chaque fois), et diversifié (de la 6ème à la 3ème), toujours intéressé. Chacun avait lu un livre différent, et il a parfois été délicat de répondre à toutes les questions sans "spoiler" la fin des livres...

Les collégiens sont revenus nombreux le samedi, et il était bien agréable de prendre un peu plus de temps pour dédicacer et discuter !

C'est bien la première fois qu'on me demande si, pour être auteur, on est "obligé de faire des fautes d'orthographe" ! Réponse, mon cher Kevin : non, pas vraiment. Je pense que les éditeurs supporteront très bien de recevoir des manuscrits avec une "ortaugrafe" correcte ! Bon allez, ils devraient aussi supporter quelques fautes par-ci par-là, tant qu'elles ne sont pas nombreuses.

Je repars pleine d'énergie, avec des lettres adorables sous le bras : merci à tous les élèves du collège Ste Austreberthe de Montreuil-sur-mer pour vos lettres géniales et encourageantes !

Des remarques du genre de celles-ci, j'en redemande !

Et dimanche, j'ai couru du Touquet à Versailles, pour le salon du livre d'Histoire. Un public nombreux piaffait devant les stands des auteurs. Que demander de plus ?

Prochain(s) salon(s)






Je serai à la fête du livre de Saint-Etienne, les 18 et 19 octobre prochain. Amis stéphanois, venez me voir !





Si vous n'êtes pas du coin, pas d'inquiétude, on devrait quand mème avoir l'occasion de se voir, car je serai aussi :

  • le 8 novembre à Viroflay "Nos voisins sont des auteurs"
  • les 21 et 22 novembre, au salon du Touquet
  • le 23 novembre, à Versailles salon Histoire d'en lire
  • les 26, 28 et 29 novembre à Montreuil, au salon du livre jeunesse


Alors, on aura l'occasion de se rencontrer, j'espère ?

Il arrrrrriiiiiivvvve !


Voilà, il est disponible en librairie...

C'est la suite des aventures de Pauline.

Donc le tome 2, i vous avez bien suivi.


Diglee est toujours aux pinceaux, Rageot à l'édition (et moi au stylo, ou plutôt au clavier)

 

Bienvenue au Cast - Mes grands débuts

 

L’effervescence règne au Cast, le Centre des Arts du Spectacle de Telmont. Pauline, Bastien et leurs camarades sont mobilisés pour les répétitions de la comédie musicale « Les Misérables ».

Aux essayages de costumes succèdent les essais de micros et sur scène, tous – du figurant au premier rôle – prennent leurs marques.

Tandis que musiciens et danseurs répètent, Salomé en Cosette et Pauline en Éponine testent leur jeu.

Épuisés par les cours et les filages, tiendront-ils tous jusqu’à la générale ?

Sauront-ils faire taire leurs rivalités pour chanter d’une seule voix face au public ?

 

Les experts - 24 septembre 2014

Non, non, il ne s'agit pas d'une série télé, mais d'une émission sur France bleu 107.1.

Et aujourd'hui, sous la houlette de Laurent Petitguillaume, j'étais bombardée "experte" en expressions françaises. Rien que ça ! Pour quelqu'un qui ne se souvient pas du nom d'un de ses bouquins, c'est fort, non ? (Pour découvrir cette bourde, il faut attendre la dernière seconde... Grmpf... Bref).


On a décortiqué certaines expressions, exploré d'autres...


L'intégralité de l'entretien, c'est juste là :

Télécharger
Les Experts - France Bleu
bleu-2014-09-24-10-39-58.mp3
Fichier Audio MP3 8.5 MB

Une petite promenade ?


Il vient de sortir, et il va vous permettre de connaître l'origine d'une trentaine d'expressions françaises, sur le thème de la nature.


Raconter des salades

Mi-figue, mi-raisin

Se fendre la poire

Etre une bonne poire

Faire le poireau

Une pomme de discorde

Tomber dans les pommes

Faire chou blanc

Toucher du bois

Avoir la gueule de bois

De derrière les fagots

A bâtons rompus

Apporter de l'eau à son moulin

Veiller au grain

Le marchand de sable est passé

La montagne accouche d'une souris

Battre la campagane

Etre bien ou mal luné

La lune de miel

Malheureux comme les pierres

Couper l'herbe sous le pied

Prendre la clef des champs

Le pot aux roses

Se porter comme un charme

Faire l'école buissonnière

Florilège


Pendant que, allongée sur une chaise longue (ou pas), le soleil dardant ses rayons puissants (plutôt pas) sur mon corps alangui (vraiment pas), les blogueurs, eux, travaillaient.

Voici donc un florilège de leurs critiques à propos de plusieurs de mes livres récents.


D'habitude, je range directement les critiques sur la page de chaque livre ; cette fois, en guise de "remise en route", je fais une exception ! Ceci dit, vous ne trouverez ci-dessous que les chroniques récentes. Tout le détail dans "Tous les livres"...


Condamnée à écrire

 

Les livres de Mélisande

L’écriture est agréable à lire et fluide de sorte qu’on plonge assez rapidement dans l’histoire. Il n’y a pas de longueur, c’est assez simple et épuré en soi, pas de digressions, ça file droit.(...) Au début Emma paraît antipathique, imbue d’elle-même, l’adolescente pénible qu’on a envie de taper à cause de son comportement de fille pourrie gâtée. Mais plus on avance dans l’histoire et plus on se rend compte que tout ça n’est qu’une façade. Elle cache en elle un secret, une souffrance qui l’empêche d’être totalement heureuse et quand on regarde sa situation familiale, on peut trouver là des circonstances atténuantes. Il y a une belle évolution chez Emma. Elle s’ouvre peu à peu, même si c’est difficile, elle se remet en question et va tenter de changer.

(...) En bref, une lecture sympathique qui permet de voir une alternative à la prison / centre de détention pour mineurs car il est vrai que cela ne sert pas toujours d’enfermer des gens, il suffirait de les suivre, de les aider à s’en sortir pour qu’ils ne dévient pas… Un livre touchant.

(...) Dans ce récit, feuillets du protocole expérimental imposé à Emma, l'écriture se libère dans une belle violence. La jeune fille fait de sa vie de ses souffrances et de ses errances, comme de ses moments de joie, de recherche, d'amitié, un roman plein de couleurs où les grilles sont rompues, un tableau d'écriture qu'on ne se lasse pas d'ouvrir.


Les Couleurs de la Liberté


Entre les pages

L’ouvrage de Sylvie Baussier et Pascale Perrier met en avant les grandes thématiques que sont la liberté, l’identité, l’intimité et l’inévitable différence qui existe entre les hommes. Les auteurs proposent d’y réfléchir à travers une histoire plutôt originale, se déroulant à un rythme pas effréné mais presque et en étant soumis à une plume entraînante. Les couleurs de la liberté est une lecture agréable qui remplit toutes ses promesses.

 

Dimension Ados

Les couleurs de la liberté est un roman fantastique original et facile à lire qui aurait pu se clore au dernier point final mais l’histoire semble pouvoir se prolonger… Les auteurs prévoient-elles une suite ? Faut-il laisser libre court à son imagination? En tout cas, une porte semble rester entrouverte pour d’autres aventures…



Disparition inquiétante

 

Booknode

J'ai trouvé ce roman original pour la jeunesse.
Une jeune fille qui souhaite être mannequin va faire confiance à un producteur alors qu'elle n'aurait pas du.
Elle va être kidnappée, et ce qui va lui arriver est inimaginable.
L'auteur arrive à nous mettre le doute sur ce qui arrive à Juliette. On ressent ces sentiments.
Je le conseille



Génétik - Ma planète préférée


La Mare aux mots

Avec ce nouveau tome des aventures de Ma planète préférée, on va encore vivre des aventures un peu folles, et surtout porter un regard critique sur ce qui se passe autour de nous. (...)

Un roman ludique complet et instructif pour s'intéresser aux questions d'environnement de notre époque !




La Nuit des Quintanelles


Les chroniques de Madoka

Un très beau roman historique adapté au programme scolaire.

(...) Un très beau roman d'amour sur fond historique !

Une période charnière de l'histoire et des personnages attachants !

A découvrir !


Melaine Books

J'ai trouvé ce roman très intéressant, bien écrit, avec une histoire bien ficelée et non cousue de fil blanc. Encore une fois, le travail historique de documentation en amont est excellent.

Un roman à mettre entre toutes les mains.



Et de trois ! Le prix des dévoreurs de livres

merci à Cécile Roumiguière pour la photo !
merci à Cécile Roumiguière pour la photo !

 

Décidément, c'est la fête pour Tu n'es pas celle que tu crois : hier, je suis allée chercher, pour la troisième fois, un prix pour ce livre. Et pas n'importe lequel : celui des dévoreurs de livres. Un prix qui concerne toute l'Eure, porté par des passionnés, qu'ils soient libraires, bibliothécaires départementaux ou municipaux, enseignants, inspecteurs ou bénévoles.

 

Tu n'es pas celle que tu crois concourait pour la catégorie CM et pour la catégorie 6è : il a gagné les deux ! Me voilà très fière !

Merci à tous les (nombreux) lecteurs.

Je suis très heureuse que cette histoire qui s'aventure dans les méandres d'un secret de famille, résonne chez vous, lecteurs. Tout vérité n'est pas forcément facile à dire, un long chemin est parfois nécessaire pour accepter le passé...

 

La journée réservée à la remise des prix s'est déroulée en deux temps. Plusieurs auteurs se sont retrouvés le matin pour débattre de questions essentielles du style : À quoi veilles-tu particulièrement quand tu écris par être respectueux de tes lecteurs ? Être un auteur de littérature de jeunesse te confère-t-il une responsabilité à l’égard de tes lecteurs ? Quels sont les sujets que tu t’interdirais de traiter ?

Mmh... passionnant d'aborder ces questions avec Pascal Vatinel, Marion Brunet, Charlotte Erlih et Sarah Cohen-Scali.

 

L'après-midi, de nouveau nous nous sommes interrogés, cette fois avec Cécile Roumigière et Delphine Jacquot. Et en plus, toutes deux nous ont présenté une lecture dessinée du Fil de soie, leur album sélectionné pour le prix. Un délice d'acouter l'histoire tout en admirant le travail de l'illustratrice en direct ! Les deux cents élèves sont restés immobiles sur leur chaise, les yeux écarquillés.

 

La réalisation de Delphine Jacquot :

Prix des montagnes d'Auvergne

 

Deuxième fois que Tu n'es pas celle que tu crois gagne un prix. Nous ne sommes pas peu fières, Louise et moi...

 

 

Cette fois, je suis partie à la rencontre des élèves de sept collèges, du côté du Puy de Dôme, du Puy de Sancy et des Hautes Combrailles : Bourg Lastic, Giat, Murat le Quaire, la Tour d'Auvergne, Pontgibaud, Pontaumur et rochefort Montagne.

 

Sous un soleil de plomb, parfait poura dmirer le panorama, trois cents élèves m'ont accueillie (et bien accueillie !). J'ai eu droit, quelle chance, à une saynète qui résumait le livre, et à une remise des prix tout à fait officielle. J'ai aussi admiré les affiches réalisées par les élèves (photo des gagnants ci-dessous).

Ensuite, quatre rencontres marathon avec les élèves, une petite séance de dédicaces.

Et hop, c'était déjà le trajet de retour !

 

Une chose est sûre : en Auvergne, on est bien chouchouté, et c'est vraiment agréable !

 

Alors merci aux élèves (allez, même à ceux qui n'ont pas voté pour moi) et aux organisateurs, tous plus attentionnés les uns que les autres !

Et je n'attends plus qu'une chose : revenir dans le secteur, mais cette fois en ayant le temps de marcher et de visiter !

Critique et vidéo

Ils sont forts, sur LivresAdos : non seulement ils lisent les livres et les critiquent, mais en plus ils fabriquent des vidéos !

 

D'habitude, je range directement les critiques à leur place (onglet "Tous les livres") sans passer par le blog, pour éviter l'effet "catalogue de critiques". Mais cette fois, je ne résiste pas à vous signaler la critique et la vidéo.

 

Merci et bravo !

 

Pauline intègre le Centre des Arts du Spectacle, option comédie musicale. C'est sa première année, elle est en seconde, et nous découvrons avec elle les caractéristiques de cette école très particulière.
 

Il y a bien sûr les autres élèves, tous passionnés et motivés qui amènent une ambiance unique faite de camaraderie mais aussi de tension : emploi du temps lourd, fortes exigences des enseignants, stress et compétition.
 

Dès le premier jour, le directeur annonce un casting pour une comédie musicale. Quelle place aura Pauline ? Va t-telle réussir à s'intégrer dans l'école ?
 

Le livre est très complet et réaliste. On découvre les différentes matières et les divers métiers du monde du spectacle. L'ambiance, digne de la star académie est très bien rendu. L'accroche du lecteur par la rencontre entre l'héroïne et ses camarades de chambre fonctionne bien. Un livre qui a su me séduire !

 

978-2-7002-4279-9
10,90 euros
210 pages
Niveau Collège Lycée

 

Extrait :
Votre défi est triple. Non seulement vous danserez, mais en plus vous devrez jouer la comédie et chanter. Autrement dit, les vingt heures de cours que vous aurez chaque semaine ne seront pas de trop. Vous avez vu votre emploi du temps...Préparez-vous à travailler, travailler. Et encore travailler.

 

Passion- Travail- relation entre élève- Comédie musicale Choix

 

Le Prix littéraire Ados

Tout juste de retour du Pas de Calais pour la remise du prix littéraire ados de la CCRA.

 

Tu n'es pas celle que tu crois a reçu les faveurs des lecteurs de CM1 - CM2 et 6ème de la communauté de communes d'Audruicq, et j'en suis ravie !

Quelle chance...

J'ai donc eu le plaisir de discuter avec les 170 élèves présents (rien que ça), d'être gâtée et choyée par lesorganisateurs.

De belles rencontres dans une région qui ne demande qu'à être découverte !

 

La Voix du Nord reconte tout par le menu, c'est ici.

 

Merci à tous !

Une visite aux planètes...

 

 

Sur les site "Mes premières lectures", une chouette interview des deux auteurs de la collection Ma planète préférée (donc Sylvie Baussier et moi, si vous avez bien suivi !)

 

On y explique tout (ou à peu près).

Et avec un peu de chance (mais ce n'est pas sûr à 100%), vous aurez le scoop du siècle : y aura-t-il d'autres futures planètes ?

 

Merci Laura pour cet entretien sur orbite !

 

Vous avez aimé le Cast !

 

 

 

Je relaie ici l'article posté sur le blog de Livre Attitude, Rageot, qui récapitule les articles parus sur le Net.

 

Vous retrouverez toutes les infos ici, sur la page du livre.

 

 

 

 

Joli palmarès pour Bienvenue au Cast, la série de Pascale Perrier illustrée par Diglee ! Nous aussi on a hâte de lire le deuxième tome ;)

 

 

1/ Mercimaman.com

« Rageot publie le premier tome d’une trilogie vouée à un franc succès. Les illustrations très contemporaines de Diglee font mouche ! »

 

2/ C pour les ados

« Fans de Glee  et de Fame  voici votre nouvelle série rien que pour vous. Ton moderne (incluant lettres, SMS et autres facsimilés de documents), humour agréable et illustrations girly à souhait, on ne peut que succomber ! J’adore ! »

 

3/ Book & Love

« Ca se lit vite, c’est vraiment frais et les préados risquent de plonger dans cette saga les pieds joints. »

 

4/ Livres de filles

« Le Cast m’aurait bien donné envie d’y aller plus jeune ! J’ai trouvé cette idée vraiment super. Une histoire très sympathique à découvrir avec les jolis dessins de Diglee. Le second tome sortira le 30 septembre 2014, et j’ai très hâte de le découvrir ! »

 

5/ Livres-Films-Séries

« L’intrigue est très prenante. Le style d’écriture accroche facilement, la lecture est très plaisante. Les personnages sont tous attachants. Une lecture légère que je ne peux que conseiller. »

 

6/ Les chroniques de Moody

« Lorsque je me suis plongée dans ce livre j’avais besoin d’une lecture légère et c’est exactement ce que j’ai eu, j’ai dévoré ce livre en seulement deux heures ; et je n’ai pas vu les pages se tourner. J’ai adoré m’arrêter dans ma lecture pour détailler les illustrations de Diglee. Bref tout ce qu’il faut pour que le cocktail marche divinement bien avec les plus jeunes, et même les moins jeunes ! »

 

7/ Ma malle aux livres

« J’espère moi aussi vous avoir donné envie de découvrir cette nouvelle saga toute mignonne. Elle est vraiment très agréable, avec un style captivant, et une intrigue qui sort de l’ordinaire. A lire ! Je serai au rendez-vous pour le tome 2 sans hésitation ! J’ai adoré ! »

 

8/ Smells like rock

« Une version améliorée de la série tv « Un, dos, tres » puisqu’en plus de la danse, les élèves auront du chant, du théâtre et tout ce qu’il faut pour assurer dans une comédie musicale ! J’ai adoré les illustrations de Diglee qui apportent un véritable plus au roman. Un livre idéal pour des personnes qui commencent la lecture ou qui sont attiré par le milieu du spectacle. »

 

9/ Les lectures de Mylène

« L’auteur et l’illustratrice se sont fait plaisir au travers de cette histoire et c’est ce plaisir qui ressort à sa lecture ! J’ai adoré l’ambiance décrite, les professeurs tous très différents mais avec des caractères sympathiques. Les dessins apportent beaucoup de fraicheur au récit et j’ai adoré les expressions que l’illustratrice donne aux personnages. On a l’impression de les voir prendre vie sous nos yeux et on s’attache très vite à Pauline et toute sa clique. »

Mourenx, de l'énergie à revendre !

Deux jours au collège de Mourenx, pour un projet enthousiasmant, en liaison avec tous les CM2 et les 6èmes de la ville.

 

Distribution de bons points :

- Un travail fouillé sur l'environnement (et donc sur l'énergie nucléaire et sur notre livre, à Sylvie Baussier et à moi, Japon touché au coeur, d'où le jeu de mots foireux de ce titre de post) : des activités variées prévues tout au long de l'année : visite / sortie sur un thème environnemental, lecture de quatre livres, séances avec une comédienne...

- des élèves nombreux mais attentifs, avec plein de questions dans la tête

- un accueil convivial et très agréable (merci Monique, merci Mathilde, et merci à tous les enseignants)

- des petits cadeaux : un livret "Ma planète préférée" avec des idées de nouvelles planètes à visiter, un mobile en origami façon Japon...

- des panneaux soigneusement préparés par tous les élèves de 6ème. Mention spéciale au "livre en 3 dimensions" d'un élève de 6ème5

- des sourires, des souvenirs... Plein de petits cailloux à rapporter à la maison, pour semer sur mon chemin d'écriture.

 

Alors un immense merci à tous... et bonnes lectures à venir !

Ce petit voyage dans les Pyrénées Atlantiques s'est terminé en beauté, avec une courte visite au collège du Bois d'Amour de Billières (merci Hélène), et une séance de dédicaces à la librairie Tonnet de Pau (merci Monique).

 

Au bilan : distribution de bons points = 100%

Distribution de mauvais points = 0%

 

 

 

 

 

Ah, et voici un article paru dans Sud Ouest le 27 mai 2014. Le lien entier, c'est ici.

L'écriture, un jeu de patience

Au salon de Bernay samedi dernier (Oups ! Je n'ai pas raconté ce qui s'y était passé, désolée, c'était pourtant bien agréable ; il n'y avait pas foule, mais les gens présents étaient intéressants, et au bilan, les piles de livres sont quand même descendues), une dame m'a abordée :

 

- Ecrire un livre, c'est mon rêve, mais je crois que je ne sois pas assez patiente. C'est comme les puzzles, pfff, trop long pour moi.

 

- C'est vrai, lui réponds-je (certains auraient écrit "lui réponge", mais passons). On compare parfois l'écriture avec un puzzle. Il faut ajuster les pièces les unes à côté des autres, veiller à assortir les couleurs, ne pas forcer pour caser un morceau s'il ne s'ajuste pas exactement.

 

Durant un bon moment, on a joué sur cette image.

 

Mais à la réflexion, il y a une différence fondamentale : dans le puzzle, sauf si on a perdu des pièces, il y a UNE bonne solution. La patience et le temps suffisent pour trouver LA bonne solution. Au final, on obtient le joli dessin qu'on attendait (et pas un autre).

 

Tandis que pour l'écriture, pas du tout. On aura beau consacrer du temps, de l'énergie et beaucoup d'amour, parfois on est à côté de la plaque (de puzzle).

 

C'est d'ailleurs ce qui ajoute de la magie à l'opération : on ne connaît pas la saveur de ce qu'on fait mijoter. On ajoute des ingrédients, on place des morceaux les uns à côté des autres. Mais on ignore quel effet cela donnera, sous des éclairages différents. Si ça se trouve, l'image sera différente de celle qu'on avait en tête. Si ça se trouve, elle sera si moche que personne n'en voudra. Ou bien le puzzle sera tordu, incomplet...

 

Justement, me direz-vous, c'est bien là l'intérêt : un beau défi qui se renouvelle en permanence !

 

Tiens, voilà qui me donnerait presque envie de sortir mon 5000 pièces...

Retour de Blois

Alors voyons, aujourd'hui j'ai rencontré pas moins de cinq classes ! Tous avaient lu Le mystérieux trésor de Barbe-Noire dans le cadre du prix du roman historique de Blois.

 

Les pirates de CM2 des écoles Raphaël Périé, Victor Hugo, Bel-Air, Pezou et les Sarrazines m'ont accueillie dans la vivacité et la gaieté. Des questions multiples, un intérêt manifeste... Bravo à tous !

 

La Nouvelle République a relaté la rencontre dans cet article.

 

 

Et un merci tout particulier à Corinne Renard pour son accueil convivial... et les photos ci-dessous !

Des exemplaires de "Bienvenue au Cast" à gagner !

Un petit concours pour gagner un exemplaire dédidacé, ça vous dit ? Alors suivez les indications ici, et c'est gagné... ou presque.

 

Et déjà des critiques sur le livre. Tout est bien rangé ici, mais voici un avant-goût :

 

 

Ma malle aux livres

Les personnages m'ont tout de suite plu. (...) Le style de l'auteure était franchement très plaisant (...) Le lecteur se sentait immédiatement concerné par l'intrigue et lisait rapidement sans pouvoir lâcher le bouquin. De plus, le vocabulaire du spectacle, bien développé, apportait un véritable bonus à l'histoire. Autre point fort de cette série, les illustrations de la fameuse Diglee. Modernes, fraîches, elles sont vraiment de très bon goût et dynamisent la lecture. Elles permettent de mieux identifier les personnages. Les quelques "annexes" (Copies d'élèves, extraits de pièces, SMS...) sont elles aussi très appréciables et rendent plus la lecture encore plus aisée.

J'ai vraiment été happée par l'intrigue. (...) J'ai réellement apprécié cette mise en scène de passages plus compliqués de l'adolescence. Ce qui est également très bien avec ce livre, c'est qu'on ne s'ennuie jamais. Effectivement, l'adrénaline du livre provoquée par le casting pour Les Misérables s'empare facilement du lecteur, et on vit vraiment chaque jour avec les personnages.

(...) J'espère moi aussi vous avoir donné envie de découvrir cette nouvelle saga toute mignonne. Elle est vraiment très agréable, avec un style captivant, et une intrigue qui sort de l'ordinaire. A lire ! Je serai au rendez-vous pour le tome 2 sans hésitation !

 

C pour les ados:
5 étoiles. Fans de Glee  et de Fame  voici votre nouvelle série rien que pour vous. Ton moderne (incluant lettres, SMS et autres facsimilés de documents), humour agréable et illustrations girly à souhait, on ne peut que succomber ! J'adore ! Albine, 12 ans

 

Les chroniques de Moody

Lorsque je me suis plongée dans ce livre j’avais besoin d’une lecture légère et c’est exactement ce que j’ai eu, j’ai dévoré ce livre en seulement deux heures; et je n’ai pas vu les pages se tourner. (...) On pourrait dire que ce roman est sous une forme de journal mais ça n’est pas exactement ça, cela m’a fait penser au Journal d’Aurélie Laflamme, des illustrations en plein milieu des pages, un texte léger… Bref tout ce qu’il faut pour que le cocktail marche divinement bien avec les plus jeunes, et même les moins jeunes !

(...) Le style de l’auteur est très sympa, on sent qu’il est vraiment destiné à des lecteurs plus jeunes que moi mais cela ne m’a pas gênée. Les termes techniques de danse ou autre sont bien expliqués donc pas besoin d’être un expert en comédie musicale ! Par contre j’ai trouvé que les passages en anglais pouvaient bloquer les plus jeunes qui ne sont pas forcément encore adeptes de la langue de Shakespeare.

Pour finir, un premier tome qui se dévore rapidement et qui amène un vent de légèreté.

 

Smells like rock

L’histoire en elle-même est plutôt sympa, j’ai bien aimé l’ambiance de cette école du spectacle avec tout ce que cela comporte : amitié, rivalité, compétition,… Le roman est écrit comme une pièce de théâtre avec des dialogues, des indications sur les gestes, les attitudes des personnages. Au fils du roman, vous allez rencontrer plusieurs encarts un peu particuliers qui vous apprendront des choses sur le vocabulaire technique utilisé dans le roman.

(...) J’ai adoré les illustrations de Diglee. Peut ceux qui suivent un peu la jeune femme ou qui ont déjà lu une de ses BD, on retrouve vraiment la touche de la dessinatrice. Les pages sont agrémentées de petits dessins qui représentent les personnages où des objets (guitare, chaussons de danse,…) et de nombreuses pages contiennent des notes de musique. Ces dessins apportent un réel plus au roman, on arrive mieux à imaginer les personnages et comme souvent avec le travail de Diglee, les dessins sont superbes !

Etrepagny, oui oui !

Les rencontres en bibliothèque (ou en médiathèque) sont toujours intéressantes. On ne sait jamais à quoi s'atendre : combien de personnes se seront déplacées, ce qu'elles auront lu, etc.

 

A Etrépagny, je n'ai pas été déçue : d'abord, les super bibliothécaires (Géraldine et Lucie) avaient fait une séance de préparation.
Pas si fréquent, et très efficace !

Les participants, de tous âges (enfants, parents, grands-parents) ont posé des tonnes de questions. Il a fallu arrêter au bout de deux heures, mais on aurait bien continué !

 

Franchement, je suis impressionnée par la qualité des lectures des uns et des autres, par la qualité de leur écoute et par leur passion...

 

Alors à bientôt ? (Et je veux voir la nouvelle médiathèque, quand elle sera installée autour du cloître de cet ancien couvent de soeurs bénédictines !)

Et merci !

A l'abordage !

 

A Vendôme, au collège Jean Emond, quand on participe au prix du roman historique de Blois, on le fait à fond : les élèves m'ont accueillie déguisés, avec un décor spécial pirates : des grands coffres, des perroquets, des armes, des pavillons noirs...

De quoi trmbler dans ses chaussettes !

 

Et en plus, ils avaient préparé des saynètes extraites de mon livre Le mystérieux trésor de Barbe Noire.

 

N'est-ce pas que j'ai de la chance ?

 

Alors merci aux 6ème 4, aux 6è 5 et aux CM2 de l'école Anatole France : mais prenez garde, moussaillons, si Barbe-Noire est dans les parages, filez vite... et ne tentez pas le diable !

 

Et un immense merci à Sophie la doc-de-choc et aux profs, toutes plus actives les unes que les autres.

Il arrriiiive !

 

Je viens de le recevoir (sortie officielle le 15 avril, chez Nathan), et il est magnifique. Vous ne trouvez pas ?

 

 

La Nuit des Quintanelles

 

 

Au temps de Louis XIV, être protestant, c'est risquer la mort.

France, 1685. Louis XIV a interdit la religion protestante dans son royaume et ses impitoyables soldats, les Dragons, traquent tous ceux qui refusent de se convertir au catholicisme.

Malgré le danger, Jeanne et sa famille, de simples sabotiers, continuent de pratiquer leur foi en secret. Au fil des assemblées clandestines, Jeanne et Samuel, le fils du comte des Quintanelles , sont attirés l'un par l'autre. leur amour a-t-il une chance face aux Dragons ?

 

Autant le dire, la naissance de ce livre a été longue et compliquée, je suis d'autant plus contente de vous le présenter aujourd'hui !

 

Un roman historique, une aventure, une intrigue policière : tout ça dans un cadre qui me tient à coeur, le Vivarais.

Encore une petite semaine à patienter !

Bienvenue au Cast, premier chapitre

Encore quelques jours d'attente avant la sortie de Bienvenue au Cast.

 

Pour vous faire patienter, voici le premier chapitre :

Pour la suite, il faut attendre le 15 avril...

 

Les illustrations sont signées Diglee, et elles sont super !

Avril, ça file !

Tellement de choses en ce moment...

 

Avril, c'est la saison des rencontres :

- un salon à Romilly sur Andelle,

- des interventions à Vendôme pour Le mystérieux trésor de Barbe Noire sélectionné pour le prix du roman historique de Blois,

- uns rencontre à la bibliothèque d'Etrepagny pour Tu n'es pas celle que tu crois sélectionné pour le prix des Dévoreurs dans l'Eure

- des ateliers d'écriture avec des 6è, sur un thème roboïsant et passionnant

 

Avril, c'est aussi la saison des sorties de livres :

- Disparition inquiétante, un polar à deux voix qui nous emmène loin (Oskar, le 11 avril)

- Bienvenue au Cast, tome 1, un roman autour des arts du spectacle et de la comédie musicale

- la Nuit des Quintanelles, un roman historique à une époque où être protestant, c'était être hors-la-loi.

J'ai hâte de vous reparler de ces livres en détail...

 

Et avril, c'est aussi la saison où je suis censée terminer un manuscrit, proposer le synopsis d'un autre et avancer un troisième... Mmh, pas sûr que j'aie tellement de temps pour la chaise longue au soleil !

Ah oui, je ne vous tiens pas au courant au fur et à mesure, mais on parle gentiment :

- des Couleurs de la liberté : ici et ;

- du Mystérieux trésor de Barbe Noire : ici

- De Génétik, la planète modifiée : ici et

Bienvenue au Cast !

En direct du blog de Rageot, voici les premières infos :

Le 15 avril, poussez les portes du Cast !

 

Le Cast ? Si vous préférez, le Centre des Arts du Spectacle de Telmont. C’est là que Pauline fait sa rentrée de septembre. Après une sélection sévère, elle intègre la section de comédie musicale : son rêve !

 

Chant, danse, théâtre sont au programme, enseignés par des professionnels renommés… et exigeants. Seuls les meilleurs élèves seront mis en valeur dans le grand spectacle musical. Pauline et ses nouveaux camarades de chambre travaillent d’arrache-pied, mais Salomé, moqueuse et hautaine, semble certaine d’obtenir le rôle-titre.

 

Qui sera retenu à l’issue du casting ?

 

Dès le 15 avril, suivez les mots de Pascale Perrier, les dessins de Diglee, et plongez dans l’univers unique des arts de la scène !

Et hop !

Même pas besoin de vous raconter en détail comment s'est passée l'intervention au salon du livre hir à Paris, Boox l'a fait plus vite que moi :

 

"Ce vendredi 21 mars 2014, l’ouverture du Salon du livre de Paris a mis en avant la jeunesse. Une idée plutôt maligne vue le nombre inimaginable de groupes scolaires en visite du matin au soir.

"Moi, moi, moi !"… Les enfants risquent de bien dormir cette nuit et de se réveiller avec quelques courbatures aux bras à force de les lever en suppliant de les interroger pour participer aux innombrables animations qui leur sont proposées depuis ce matin du vendredi 21 mars, premier jour du Salon du livre de Paris.


Au stand "Sciences pour tous", les mathématiciens et chercheurs, apparemment très habitués à captiver les enfants avec des sujets pourtant ardus, défilent sur la scène et font réagir le petit public sur des sujets comme la génétique, la terre, l’espace et même les mathématiques. "Qu’est-ce que la génétique ?", demande par exemple Pascale Perrier qui présente le livre pour enfants Génétik, planète modifiée et répond un à un aux participations très savantes des enfants de 8 à 10 ans sur "le big bang", les "cellules qu’on rentre dans le corps de la maman" ou encore les animaux génétiquement modifiés comme les "chiens à 6 pattes"."

 

Et voilà !

Salon du livre de Paris : Génétik à l'honneur

 

 

Rendez-vous vendredi 21, de 10h30 à 11h30, pour les rencontres "Sciences pour tous" sur le salon du livre de Paris.

 

 

 

Avec deux classes de CM1, d'un bond nous atteindrons la planète Génétik. Ce sera l'occasion d'aborder l'écriture du roman, de la collection Ma planète préférée, mais aussi les questions de génétique...

 

A très bientôt sur cette planète !

 

Toutes les infos sur le livre et la collection ici

 

Ma planète préférée... Deux nouveaux atterrissages !

Ils viennent d'arriver sur Terre.

Toujours le même principe : la famille Plume voyage de planète en planète pour rédiger un guide intergalactique. A chaque destination son progrès technique... et ses conséquences écologiques !

 

 

 

 

La famille Plume se rend sur Touristoc, la planète où chaque « cité de vie » est conçue pour le bien-être des vacanciers. Les safaris dans la cité « L’Aventura » ou le toboggan géant dans « Trofeune » sont bien amusants... même si les touristes sont souvent entassés dans les hôtels et les parcs d’attractions. Mais au fait, où vivent les habitants de cette planète ?

 

 

 

 

 

 

La famille Plume se rend sur aussi Génétik, une planète où tous les organismes vivants sont modifiés par des chercheurs, sous la houlette du professeur Lexperiens. Même si les chachiens et les œufs sur pattes semblent plutôt amusants, les savants ne maîtrisent parfois pas toutes les conséquences de leurs expérimentations...

 

 

Comme les autres titres de la collection, les deux p'tits nouveaux sont coécrits avec Sylvie Baussier, et édités chez Gulf Stream.

 

Bon voyage intergalactique !

On s'y voit ?

Je serai derrière une table remplie de livres (à vendre ou à regarder, peut-être même à feuilleter si vous vous êtes lavé les mains) samedi prochain, au Cultura de La Queue en Brie.

 

On s'y voit ?

Il est là !

 

Il ressemble à Mileann ou le secret des silences, mais ça n'est pas tout à fait le même !

 

D'abord, un autre titre : Je ne te le pardonnerai jamais.

 

Ensuite, une autre couverture, que vous pouvez admirer ci-contre.

 

Et enfin, un contenu revisité, avec notamment un chapitre supplémentaire.

 

Alors, à vous la lecture...

Ou on ne le le pardonnera jamais !

Une première !

A chaque nouvelle sortie de livre, on attend impatiemment la première critique.

On ne sait jamais comment le livre sera reçu...

 

Pour les Couleurs de la liberté, le ton est donné par P'tit soleil :

"Un roman jeunesse qui se lit vite, rythmé, de lecture agréable, et aux messages intéressants.
Les personnages sont attachants, une fratrie dans une famille bien triste. Que va devenir Ouro, le petit frère ? A six ans, il est de plus en plus colérique, et envahit sa famille, avec des crises, des caprices ... le père se réfugie dans le travail, la mère essaie de ne pas trop déprimer ... mais c'est dur pour toute la famille. Ouro a un "collien" brun, dans une société qui rejette les personnes comme lui. le collien, que chacun porte autour du cou dès sa naissance, porte une couleur principale indiquant la personnalité, et des bords avec des nuances colorées plus changeantes, indiquant les pulsions et les émotions immédiates. Mais le brun semble tabou, indiquant une volonté de fer, un égoïsme important et des pulsions de violence fréquentes ...
Le pays d'Ouro, Sheridan, rejette ces tyrans en puissance, très tôt ...
Que faire pour le sauver ?
Sofia et Juliaca, les deux grandes sœurs d'Ouro, ont chacune une épreuve initiatique à réaliser. Elles vont entamer ensemble un drôle de périple, loin de leur pays, pour trouver des réponses, peut-être aussi se poser les bonnes questions ... pour Ouro, mais aussi pour elles.
En chemin, tous trois rencontreront Cascavel, qui porte un drôle de collien d'un orangé très vif, couleur plutôt rare. de plus, ce collien semble ne jamais changer, or le garçon est bien mystérieux et montre peu ses émotions ...
Intéressant, agréable à lire, ce livre me rappelle à la fois "Matin brun", des livres de Lois Lowry comme "Le passeur", "L'Elue", et aussi un peu "Divergente" ... S'il y a une suite un jour, je la lirai avec plaisir.
Je vous le recommande vivement."

 

Merci, merci... et à vos lectures.

On attend impatiemment votre avis !

Le prix sainte Beuve

En compagnie de ma co-auteur Sylvie Baussier, je reviens tout juste de deux jours de rencontres dans le Nord et le Pas de Calais, à l'occasion des demi-finales du prix Sainte Beuve.

 

Des rencontres vivifiantes - et pas seulement à cause du temps : en effet, elles ouvraient une porte vers la littérature et la critique .

 

Le matin, en compagnie d'une comédienne (Anne Mauberret-Thunin), les élèves se sont formés à l'oralité. Parallèlement, avec le critique Hugo Pradelle (La Quinzaine Littéraire) et nous-mêmes, une discussion s'est engagée autour de la littérature et de la critique.

 

L'après-midi, de courageux élèves de 4è et 3è des collèges de Bray-Dunes, mais aussi de Fruges, Montreuil-sur-mer, Beaurinville, Etaples et Hucqueliers se sont lancés dans une critique d'un des ouvrages de la sélection du prix Sainte Beuve.

Debouts, face à leurs nombreux camarades et à un jury impressionnant, ils ont essayé de créer des liens entre leur lecture et leurs impressions, entre leur lecture et leur monde.

Un bel exploit, une belle aventure !

 

Bravo à tous les participants, et un grand merci à tous les organisateurs de Sainte Beuve et d'Opalivres.

 

De dévoreurs en dévoreurs

De retour après deux jours de rencontres avec des classes de CM1 et CM2 dans le cadre des Dévoreurs de livres.

Des rencontres riches, des élèves enthousiastes, des questions pertinentes : un vrai bonheur !

 

Vous voulez le détail ?


 

A Mezières-en-Vexin, la plupart des élèves avaient lu Tu n'es pas celle que tu crois jusqu'au chapitre 9.

Le suspense était à son comble !

Ils ont imaginé ce qui pourrait se passer ensuite (en photo, ouvrez les yeux).

 

Et voici ce qu'en pensent ceux qui avaient déjà terminé le livre :

 

Franck : Je pense que la fin est bien même si c'est triste. Je l'aime car c'est un livre plein de questions.

 

Emma : C'était trop bien. J'ai adoré !

 

Ilyana : J'ai adoré, il y avait beaucoup de suspense.

 

Scott : XD est personne.

 

Bravo à vous, merci, merci, merci.

Encore quelques photos de la rencontre ci-dessous (merci Anne-Marie).


Ensuite, j'ai rencontré les élèves de l'école Jules Ferry de Saint-Marcel, et le lendemain les CM de Maxime Marchand de Vernon.

Un vrai bonheur !

En vrac, plein de photos ci-dessous.


Et enfin, j'ai rencontré les CM de l'école de St Pierre d'Autils. Des enfants concentrés, calmes et passionnés, qui connaissaient très bien Tu n'es pas celle que tu crois.

 

Désolée, je n'ai pas de photos à montrer, mais cela n'enlève rien à la qualité d'écoute.

Bravo à vous... et dévorez encore plus de livres !

Retour de Désertines

Michel Cordebeuf en pleine animation (désolée, je n'ai pas pris de photos perso)
Michel Cordebeuf en pleine animation (désolée, je n'ai pas pris de photos perso)

A Désertines, j'ai rencontré des élèves passionnés et passionnants.

 

Les classes de 5è de Mme Abdellak et de M. Furet avaient réalisé de magnifiques livrets sur un de mes livres qu'ils avaient lu. Parfois très inventifs : un arbre en papier, une maison en volume, un parchemin...

 

Les classes et le CDI étant équipés de "vieux" livres (je veux dire de livres que j'ai écrits il y a plus de sept-huit ans), j'ai eu le plaisir de parler de Perdus dans la forêt, La maison des soupçons, En scène les 5è, Jeux de famille... C'est bien, ça change !

 

L'après-midi, j'ai rendu visite aux CM de l'école Elsa Triolet. Là encore, d'anciens livres au programme. Je n'avais pas eu l'occasion de reparler des Petits génies de la magie depuis longtemps !

 

Un bonheur de rencontres, suivi samedi du salon Croq livres Mômes.

 

Ah, et puis j'ai appris un truc nébuleux : savez-vous comment s'appellent les habitants de Désertines ? Si vous répondez "désertinois", "désertiens", voire "déserteurs", vous vous trompez complètement : il s'agit des "biachets". Les plus curieux iront voir de ce côté-là pour les explications théoriques.

 

Bref, quelques jours bien agréables, et fort bien entourés : entre autres, Elsa Devernois, Thierry Desailly, Anne-Isabelle Le Touzé, Luc Turlan et Roselyne Bertin, une "collègue" Rageot / Oskar.

 

A bientôt Désertines, avec plaisir !

Nouveau : Les couleurs de la liberté

 

 

Il vient de sortir, aujourd'hui même !

 

Coécrit avec sylvie Baussier, il raconte les aventures de Juliaca et de sa soeur Sofia. on rencontre aussi Cascavel, et d'étranges univers qui se cotoient.

 

Avec Sylvie, on a adoré écrire ce livre... même s'il a mis du temps à mûrir !

 

Pour en savoir plus, cliquez sur la couverture.

 

Destination Désertines

 

Vendredi, j'aurai le plaisir de rencontrer des élèves de 5ème et des CM scolarisés à Désertines, une ville qui fait partie de l'agglomération de Montluçon.

 

Et samedi, rendez-vous au salon Croq'livre Mômes !

 

J'espère que se trouvera le petit dernier sur la table de dédicaces, Les couleurs de la liberté qui sort officiellement demain...

 

 

 

Tout le programme en détail ci-dessous :

Télécharger
Programmeww.pdf
Document Adobe Acrobat 610.8 KB

L'Eure tourne...

Deux jours avec les élèves de CM1 et CM2 dans l'Eure dans le cadre du prix des Dévoreurs : La Couture-Boussey, Guichainville, La Haye de Calleville et Harcourt.

 

J'ai beaucoup aimé parcourir le département, admirer les ciels chargés ou immobiles en voiture. Me rendre dans des écoles improbables et si typiques.

 

Et vous écouter, élèves passionnés et passionnants. Toujours enthousiastes et attentifs.

Ah, quel plaisir de partager avec vous ma passion de l'écriture !

Merci Anne-Marie pour ces photos !

 

Un super bon point à toute l'équipe d'organisation (un sans-fautes), aux professeurs qui ont su transmettre cet enthousiasme et cette énergie aux enfants.

 

Et bonne lecture à tous, DEVOREZ bien les livres...

Les dévoreurs, je suis FAN !

Montreuil, souvenir !

Crédit photo Mujtaba Ghulam
Crédit photo Mujtaba Ghulam

C'était le mois dernier, mais puisque j'ai reçu la photo récemment, je vous la transmets maintenant : petit souvenir de notre temps de dédicace aux éditions Gulf Stream.

 

C'était l'occasion de rencontrer Marie de Monti, l'illustratrice de la série "Ma planète préférée" : on a adoré ses dédicaces "spécial animaux".

 

Le bonheur... à l'arrêt

Il faut quand même que je vous dise...

 

Vous le savez, ma série Le Bonheur... est conçue comme une exploration en cinq volets. Cinq tomes durant lesquels Chloé grandit, prend de l'assurance, se stabilise (ou pas). Les deux premiers volumes sont parus en 2013 (le Bonheur en cinq lettres et Le Bonheur en cinq mensonges). On en est là.

La suite est au chaud dans un fichier de mon ordinateur, quasi prête.

 

Alors que Le Bonheur en cinq lettres est préslectionné pour un prix prestigieux à destination de lycéens, alors que Le bonheur en cinq mensonges vient d'être sélectionné parmi les coups de coeur du trimestre de La Mare aux mots et que de nouvelles critiques fleurissent régulièrement, toujours élogieuses (c'est ici, mis à jour régulièrement), l'éditeur décide de "mettre la collection Galapagos en sommeil", faute de rentabilité.

 

Il n'y aura donc pas de suite - ou pas chez le même éditeur.

 

Dommage, très dommage. Les lecteurs en redemandent (merci à vous!). Moi aussi, je me suis attachée à Chloé et à son entourage. Mais les impératifs économiques priment... La dure vie du monde éditorial.

Certes, mes textes ne sont pas visés personnellement : la collection entière disparaît. D'autres séries sont avortées. Royalement, l'éditeur me glisse même que mes romans sont excellents.

Mais euh, au final...

 

Pour l'instant, je m'interroge : scinder la suite et la proposer à un autre éditeur ? Mais c'est compliqué, tout a été conçu pour être en cinq volets. Et quel éditeur voudrait d'une suite sans posséder le début ?

Changer les éléments principaux et créer un nouveau personnage dont les aventures prendraient la suite de celles de Chloé ? Mmh, pas sûr que ça fonctionne. L'univers de Chloé est très particulier.

Oublier tout, hausser les épaules et repartir sur un autre projet ? Bien sûr, mais c'est tout de même dommage...

 

Je ne sais pas, j'hésite. Et j'enrage !

Pour une année 2014 sous le signe des mots...

Deux nouvelles couvertures

En avril prochain, hasard des calendriers éditoriaux, paraissent plusieurs livres signés de ma petite main.

 

Voici les couvertures de deux d'entre eux, que j'ai enfin le droit de dévoiler.

 

 

La Nuit des Quintanelles (Nathan), que je suis en train de peaufiner actuellement, et qui devrait plaire aux lecteurs de douze ans et plus.

 

L'histoire se déroule en 1689. La révolte gronde dans le Vivarais et dans les Cévennes, depuis la révocation de l'édit de Nantes. Les protestants sont interdits sur le territoire.

Jeanne et ses compagnons parviendront-ils à survivre dans cet environnement hostile ?

 

Je trouve la couverture très russie, pas vous ?

 

 

 

Et Disparition inquiétante (Oskar), un polar contemporain pour les 10 ans et plus.

 

Juliette a quinze ans, et rêve de devenir mannequin.

Justement, une opportunité se présente à elle.

Sauf que tout ne se déroule pas comme prévu...

 

Pas mal du tout, cette couverture, vous ne trouvez pas ?

 

Des voyages en perspective

Pour ceux qui aiment voyager sur d'autres planètes, préparez-vous à un décollage (presque) immédiat : rendez-vous le 6 mars prochain sur Touristoc, la planète aux vacances et sur Génétik, la planète modifiée.

 

Les couvertures viennent d'arriver, elles sont pleines de punch et d'énergie !

 

En attendant, préparez vos salises et n'oubliez pas d'y glisser les trois premiers tomes de la série coécrite avec Sylvie Baussier :

Placards, épreuves et corrections

En ce moment, je suis plongée dans les placards !

(pas pour ranger des vêtements, pas non plus à cause d'une punition foireuse qui m'aurait conduite au fond d'un placard lugubre).

Non.

 

Pour corriger un texte qui paraîtra au printemps.

On appelle "placards" ou "épreuves" le texte mis en page.

Mais ne croyez pas que nous nous contentons de les feuilleter en évaluant l'effet que cela donne.

Non, non.

C'est le dernier moment pour un travail de relecture fine. Après, une fois que le texte est imprimé, c'est trop tard.

Il y a les corrections de typo, que l'éditeur marque en rouge (genre "Celles-ci, on n'a pas le choix, il faut corriger").

Et il y a les corrections suggérées par léditeur, au crayon de papier (genre "Celles-ci, vous avez le choix de les gommer ou pas, mais si vous les gommez, attention !").

Et il y a les corrections que j'ajoute, parce que soudain, une répétition me saute aux yeux, ou un détail me chagrine.

 

Pour toutes ces corrections, on utilise des codes, que je vous transfère ici (merci à J. Poitou pour le tableau).

 

Montreuil

 

Comme chaque année, le salon du livre de jeunesse à Montreuil est un lieu de rassemblement où éditeurs, auteurs et lecteurs essaient de se faire une petite place.

 

Comme chaque année, un thème fédère les énergies. Pour cette fois, c'est le super héros. Que de promesses !

 

Comme chaque année (ou presque), je serai là.

Rendez-vous le dimanche 1er décembre :

  • de 9h à 12h, sur le stand de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse
  • de 13h30 à 15h, sur le stand des éditions Gulf Stream
  • et 16h30 à 18h, sur le stand Oskar

 

J'aurai plaisir à discuter cinq minutes avec vous... Alors n'hésitez pas à passer !

De l'ingratitude des personnages

C'est le pied !
C'est le pied !

Il y a un an tout juste, je me suis cassé le pied, ou plus exactement un orteil. Rien de grave, me direz-vous, et vous aurez raison. Sauf que j'ai dû apprendre à supporter des nuits d'insomnie. Lesquelles m'ont servi, entre deux élancements, à mettre au point de futurs scénarios de bouquins - si je les écris un jour.

 

 

 

Mais là n'est pas la question. Ce qui m'a beaucoup amusée, c'est le parallélisme entre ce que j'ai vécu - l'immobilité forcée - et l'envie de bouger de mes personnages. Tout d'un coup, il me semblait quasi impossible de les faire courir les uns après les autres.

 

 

 

Insurmontable l'idée de les envoyer loin, de les lever ou qu'ils trottinent dans l'air frais du matin. Les bagarres se réduisaient à deux phrases elliptiques, les balades à deux lignes de paysage. Mes personnages, j'aurais plutôt eu envie qu'ils restent avec moi, à la chaleur du poèle, et qu'ils m'aident à béquiller d'une pièce à l'autre.

 

 

 

Mais mon égoïsme n'aura pas eu raison de leur énergie. Oui vous avez raison, personnages que j'ai créés, continuez à vivre, à courir, et ne vous inquiétez pas de cette auteure acariâtre qui vous incite à garder le lit. N'acceptez pas la parlotte verbeuse qu'on vous impose ; à toute chose, préférez l'action...

 

 

 

Jusqu'à présent, j'aurais été prête à jurer que des personnages dignes de ce nom étaient indépendants de moi. Oui oui j'étais capable de faire la différence entre eux et moi, oui ils avaient un caractère qui leur était propre, une démarche et une soif de vivre autonomes.

 

 

 

Mes convictions se sont fracturées en même temps que mon orteil ; à quoi la création tient-elle, tout de même, et quelle ingratitude !

Amusez-vous !

 

On me signale un nouveau quizz disponible sur Babelio, à propos de Tu n'es pas celle que tu crois.

C'est sur Babelio, et plus précisément ici et on s'amuse bien...

Il vaut mieux avoir lu le livre pour avoir la moyenne !

 

 

(Et, oserai-je l'avouer, je n'ai obtenu que 80% de réussite au test... Glups ! J'ai besoin qu'on vienne à mon secrous pour m'aider à trouver les bonnes réponses...)

 

 

 

Tu n'es pas celle que tu crois continue son petit bonhomme de chemin.

De nouvelles sélections, tant mieux !

 

- Sélection 2014 Prix des dévoreurs CM-6eme dans l'Eure

- Sélection 2014 Prix Plaisirs de lire 6è-5è (département de l'Yonne)

- Sélection 2013-2014 Prix des buveurs d'encre (Issoire)

- Sélection 2013-2014 Adolire, Prix des lecteurs du Morbihan

- Sélection 2013-2014 Prix Littéraire Ados (CC Audruicq - 62)

- Sélection 2014 Prix littéraire des montagnes d'Auvergne

 

Alors lisez bien, et votez bien !

Livres à venir...

Avant de prendre quelques jours de vacances, voici un petit point sur les futures nouveautés :

 

En janvier, deux livres en même temps chez Oskar :

 

 

 

La réédition de "Mileann ou le secret des silences", avec un nouveau titre, un nouveau contenu, et une nouvelle couverture : Je ne te le pardonnerai jamais

 

 

Et un autre texte, tout neuf celui-là, qui navigue sur les rives du fantastique, coécrit avec Sylvie Baussier, Les couleurs de la liberté

 

Ensuite, ce sera début mars, chez Gulf Stream, deux jolies planètes dans la série "Ma planète préférée"

 

Puis en avril, coup double : le début d'une série chez Rageot, et un roman historique chez Nathan.

 

 

 

... J'ai hâte !

En ce moment

 

En ce moment, je travaille en étroite collaboration avec lui. (Lui, il vit au XIXè siècle, balloté de galère en galère. Et un beau jour, il décide qu'il en a assez d'être un opprimé).

 

 

Mais aussi tout près d'eux (pas trop près quand même).

 

 

 

Ce qui nous amène à occuper les rues... (ou à vouloir les occuper).

 

 

Bref, je m'amuse bien !

Monte Cristo

Dimanche prochain, je serai au salon du livre de Monte-Cristo, organisé par les villes de Marly-le-Roi, Louveciennes, Port-Marly.

 

Venez, n'hésitez pas. Cela vaut le coup, ne serait-ce que pour admirer l'architecture alambiquée  conçue par Alexandre Dumas, qui a fait construire ce château rocambolesque, encore plus incroyable que ceux de Disney !

 

Et venez aussi parce j'y signerai pour la première fois Le bonheur en cinq mensonges qui sort tout juste...

 

Toutes les infos, animations ici.

Premier jour pour "Le bonheur en 5 mensonges"

 

Voilà, il est là, vous pouvez courir en librairie pour l'acheter : le bonheur en cinq mensonges est disponible !

 

20 ans : l'âge idéal ? Chloé n'est pas de cet avis. Pour elle, 20 ans, c'est plutôt 20 000 questions et 20 000 mensonges (à l'heure). D'abord, elle a perdu sa mère cinq ans plus tôt. Pas facile à assumer. Et puis benjamin est (peut-être) l'amoureux idéal, mais pourquoi refuse-t-il de la présenter à sa famille ? Quant à Marjolaine, la (future ex) meilleur amie, doit-elle forcément entraîner Chloé dans son trip "Tout sauf avouer la vérité aux parents" ?

De mensonges en lâchetés, de petits bonheurs en déconvenues, il faut parfois faire voler en éclat ses repères... et toutes ses certitudes.

 

Pour lire un extrait, c'est ici.

Et pour plus d'infos, par là.

 

Et déjà, une première critique sur un blog. Elle fait chaud au coeur, ça je peux vous l'assurer !

C'est sur Boulimie livresque, et je vous la reproduis en intégralité (pour une fois, ne boudons pas notre plaisir !) :

 

Un livre que j'ai lu en à peine deux jours tellement j'étais heureuse de retrouver Chloé et son humour... décoiffant.

 

 

Si vous avez d'abord lu Le bonheur en cinq lettres, vous savez donc à quoi vous attendre avec Chloé. Pour ceux qui ne l'ont pas encore découvert, le mieux c'est de le faire avant de commencer cet ouvrage là puisqu'il s'agit de la suite directe.

 

 

On retrouve donc Chloé, cinq ans après le décès de sa mère. Elle est en seconde année de fac et tout va pour le mieux avec son chéri, Benjamin... mis à part le fait que ses parents ne connaissent toujours pas Chloé et que, pour le moment, ce jeune homme n'a pas vraiment l'intention de présenter la jeune femme.

 

 

Durant tout le récit, on va suivre Chloé dans ses interrogations de jeune femme amoureuse mais aussi d'étudiante qui continue de chercher sa voie.

 

 

Même si le fil conducteur reste assez identique au premier volet, j'ai trouvé qu'ici l'auteur usait d'un style beaucoup plus emporté et vivant. Fini la colère intérieure. Fini les questions de survie d'une adolescente se retrouvant sans parent du jour au lendemain. On passe au stade supérieur.

 

 

Et que dire à part que j'ai passé un bien meilleur moment avec Chloé dans ce tome là qu'avec le précédent. Elle est juste succulente dans ses réparties. Elle est vivante; elle veut qu'on la remarque, qu'on l'aime pour ce qu'elle est. Elle ne cherche plus à faire comme tout le monde le voudrait. Elle a incontestablement évolué et j'ai vraiment adoré (notamment) les échanges qu'elle a avec son amie Marjolaine lorsque cette dernière se met dans un pétrin pas possible. C'est bien simple, j'étais explosée de rire dans mon canapé alors même qu'il était près de 22h, hier soir.

 

 

Non de non mais qu'est-ce que je l'aime cette gamine. Elle a pris un tournant incroyable depuis Le bonheur en cinq lettres et c'est juste rafraîchissant et hyper plaisant.

 

 

On sent que l'absence de sa mère est toujours une douleur pour elle mais elle garde la tête haute, elle avance  malgré tout. Elle devient tout simplement plus forte à chaque chapitre qui passe.

 

 

La fin me laisse dans un état de stress magistral tant j'ai envie d'avoir la suite entre les mains parce que je veux savoir ce qui va arriver à Chloé et puis à Benjamin aussi. Si PAF va se voir jeter comme une vieille chaussette et si, enfin, Marjo va devenir plus raisonnable.

 

En bref, un ensemble très bon; un livre que j'ai adoré cette fois-ci et que je recommande fortement. Vivement la sortie du tome 3.

Merci Mme Boulimie... Et oui, le tome 3 réserve des surprises (si l'éditeur décide qu'il existera un jour, c'est encore en suspens). Pas mal de galères, en fait !

 

Tu n'es pas celle que tu crois : la genèse du livre

Chaque livre a une histoire ; pour l'auteur, l'écriture de chaque livre a des raisons, évoque des tâtonnements, rappelle des joies, des musiques, des semaines précises.

 

Parfois, j'ai commencé à écrire une histoire sans savoir comment elle allait finir. Pour d'autres textes, j'avais un plan détaillé et précis qui me guidait. Mais systématiquement ou presque, le titre me vient en dernier (quand il me vient ! C'est-à-dire que c'est parfois l'éditeur qui l'a suggéré, voire imposé). L'écriture se fait généralement sur des fichiers qui portent des "noms de code" dont on a parfois du mal à se débarrasser.

 

Sauf pour "Tu n'es pas celle que tu crois".

Là, c'est le titre qui m'est venu en premier.

Une nuit, alors que j'étais réveillée, cette phrase s'est glissée dans mon esprit.

Et si quelqu'un venait me dire "Tu n'es pas celle que tu crois", ce serait pour quelle raison ?... me suis-je dit.

Alors j'ai cherché. Cherché. Laissé murir durant plusieurs jours, plusieurs semaines.

J'ai imaginé une raison, j'ai formé un contexte, dessiné une famille, une héroïne.

Le Mont-Blanc est apparu devant mes yeux, environnement idéal pour abriter mon histoire.

L'idée devenait une évidence, il ne restait plus qu'à l'écrire...

 

Et pour une fois, cette première phrase, qui est aussi la première du livre, est restée le titre !

 

Mais finalement, suis-je, moi, celle que je crois être ?

Tu n'es pas celle que tu crois : de nouvelles sélections

Tu n'es pas celle que tu crois continue son petite bonhomme de chemin. Et j'en suis vraiment heureuse. ce livre, j'ai pris plaisir à l'écire, je suis contente que la lecture soit partagée !

 

Plusieurs nouvelles sélections pour ce roman :


Il va être lu par des élèves de CM et de 6è de l'Eure dans le cadre du prix des dévoreurs (pourvu qu'ils le dévorent !).

 

Les élèves de 6è-5è de l'Yonne l'auront aussi au menu de leur prix "Plaisirs de lire", aux côtés d'une dizaine d'autres textes.

 

Et du côté d'Issoire, on se demandera pourquoi Louise n'est pas celle qu'elle croit : c'est le prix des buveurs d'encre.

 

Merci aux sélectionneurs, et bon courage aux lecteurs !

 

Et dernière nouvelle : "Tu n'es pas celle que tu crois" est aussi sélectionné pour le prix Adolire, auprès de lecteurs du Morbihan !

Le bonheur en 5 mensonges : la couv

Il arrive début octobre, mais (enfin !) j'ai le droit de diffuser la couverture. Tout bonnement parce qu'elle se trouve sur les sites de vente en ligne.

 

Perso, je l'aime beaucoup.

Et vous, vous en pensez quoi ?

 

Très bientôt, je vous en dis plus longuement : résumé, intentions, et tout ça. Chloé Avanel, sa verve et sa vie. Les mensonges qui l'entourent et dans lesquels elle s'englue.

 

Pour l'instant, je retourne à mes relectures, il faut boucler très vite !

Le Monde selon Garp : du livre au film

J'aime beaucoup John Irving, surtout dans ses premiers livres, comme "L'Hôtel New Hampshire". Il aborde la fiction avec une finesse et une maîtrise impressionnantes. Ses grands thèmes, la lutte, la relation parent-enfant, les ours, sont un peu systématiques, mais traités de manière intéressante.

 

Donc, quand j'ai vu qu'hier soir, Arte diffusait "Le Monde selon Garp", j'ai allumé mon écran, et visionné.

 

Evidemment, j'ai été déçue. Bon, un film paraît souvent fade lorsqu'on connaît bien le livre dont il a été issu. Mais le réalisateur a très bien réussi, je trouve, à diluer le propos de John irving dans une fiction lente et sans grand intérêt. Les événements se suivent, on s'endort gentiment, on se demande pourquoi certains partis-pris ont été choisis (transformer le déménagement à Vienne en séjour à New-York par exemple).

 Les acteurs ne sont pas en cause, Robin Williams est parfait, Glenn Close (magnifique) sort son épingle du jeu.

 

Et pourtant, on s'ennuie.

 

L'humour noir et truculent de John Irving est oublié. Il ne reste que la platitude d'un film qui accuse ses trente ans.

C'est dommage, dommage, dommage. Courez lire le livre, oubliez le film.

 

-

 

Le seul élément intéressant de la soirée, était le reportage sur John irving, à la suite. Où on voyait l'auteur au travail, ses trucs d'écrivain. (Le petit veinard, il a une assistante pr lui taper ses textes).