Atelier "écrire un texte collectif"


Agenda

Générateur d'histoires

A semer en atelier

Malle pédagogique



 

Dans l'idéal, cet atelier comporte cinq rendez-vous :

  • Une séance de présentation, où les premières idées émergent.
  • Trois demi-journées d'écriture.
  • Une séance de clôture, avec lecture du texte. Chaque élève reçoit un exemplaire du livre auquel l'atelier a donné naissance.

L'atelier peut se dérouler sur une seule semaine, ou s'étaler sur un mois ou deux. Dans ce dernier cas, les enfants travaillent entre les séances.

 

Il est possible de mener des ateliers en parallèle avec plusieurs classes. Parfois, elles peuvent travailler ensemble, ou avoir des projets qui se répondent (thématique, genre, incipit communs...). Parfois, leurs projets n'ont rien à voir.

 

Chaque atelier peut être construit selon vos besoins et vos envies, n'hésitez pas à entrer en contact avec moi pour bâtir votre projet !

Chacune des demi-journées d'écriture comporte des phases orales d'échanges d'idées, des moments d'écriture individuelle, des moments d'écriture par petits groupe. On alterne les différentes périodes, pour éviter la lassitude et stimuler l'imagination.

 

Chaque enfant retrouvera, quel que soit son niveau, des éléments qu'il aura fournis. Si l'écriture est très difficile pour lui, ce peut être sous une forme adaptée à ce qu'il aime (poésie, énigme, chanson, illustration...) ; je suis très attachée à valoriser le travail d'écriture de chacun.

 

Quel genre littéraire ?

Tous les genres littéraires peuvent être travaillés : récit fantastique, nouvelle policière, conte, aventure, pièce de théâtre...

Le choix a souvent lieu en amont, en fonction des objectifs pédagogiques de l'enseignant et de son programme.

 

A quoi ressemble le livre ?

En fonction du budget, la fabrication du livre est plus ou moins artisanale : il peut s'agir de  photocopies, agrémentées d'illustrations réalisées par les enfants. On peut aussi utiliser les services d'un imprimeur, pour un coût souvent intéressant.

 

Quel coût ?

Comme pour les rencontres ponctuelles, je fonctionne en accord avec les tarifs de la Charte des auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, dont je suis adhérente.

 

Un exemple ?

Voici un conte écrit par une classe de 6ème du collège Saint Vincent à Paris 18ème, en décembre 2017 : Pourquoi il ne faut jamais sous-estimer les plus petits que soi.

Les élèves ont bénéficié de 8 heures pour écrire le conte, réparties en 3 séances de travail.

Télécharger
Pourquoi il ne faut jamais sous-estimer
Document Adobe Acrobat 673.5 KB

Mon principe est de ne pas réécrire le texte en dehors des élèves. Ainsi, le résultat de la production écrite n'est pas celui d'un professionnel.

En revanche, nous prenons le temps de retravailler les textes. Le temps de relecture et de correction des textes, en grand groupe, est essentiel.